↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Zutons


Who Killed The Zutons?


(01/04/2004 - Epic - Indie Rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Zuton Fever / 2- Pressure Point / 3- You Will You Won't / 4- Confusion / 5- Havana Gang Brawl / 6- ? / 7- Railroad / 8- Long Time Coming / 9- Nightmare Part II / 10- Not A Lot To Do / 11- Remember Me / 12- Dirty Dancehall / 13- Moons And Horror Shows
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (8 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Provenance ? Liverpool, on a tout compris !"
Charly, le 20/12/2004
( mots)

The Zutons ... encore un groupe britannique en The dirons nous ! Mais il y a beaucoup plus dans ce groupe qu'un simple rock à se fondre dans la masse. Liverpool est leur patrie et quand on sait que c'est aussi la ville qui a engendré les Beatles on a presque tout compris. A croire que cette ville est faite pour créer des groupes talentueux, des groupes de rock dans la plus grande tradition british, avec un rythme qui vous reste dans la tête et un certain classicisme il faut bien l'avouer. Le modèle Liverpool ce sont des bases très fortes : une guitare, une basse, une batterie et un chanteur. Pour les Zutons on rajoutera saxo et cymbale qui créent la touche particulière de cet album. A partir de là, on peut faire beaucoup de choses. Les Zutons sont partis dans une voie tout à fait remarquable et leur album l'est tout autant.
Inspiré de The White Stripes par moment et de The Coral leur grand frère au sein de la maison de disques, ils montrent l'étendue de leur talent à travers ce disque.

Les morceaux se suivent et ne se ressemblent pas. Un saxophone crée le trouble dans "Zuton Fever" pour donner une ambiance très funk. Dans "Pressure Point", ce sont les choeurs qui créent le rythme de la chanson, une montée en puissance tout au long de la chanson censée traduire le mal être de l'auteur, ce point de pression dans sa tête qui le fait tant souffrir et lui fait crier sa douleur à coup de guitare électrique et de cris torturés. C'est une chanson très Beatles dans le bon sens du terme avec une progression lente mais sûre vers l'apothéose de fin de chanson. Des ballades reposantes entrelacent ces moments de pure félicité, on pense à "Times of trouble" très country, à "Confusion" (qui n'est pas sans rappeler "I just don't know what to do with myself" version The White Stripes) ou encore "Not a lot to do". Les Zutons arrivent à mettre en évidence tout le talent de leurs musiciens à travers des chansons comme "Nobody loves me" qui met en avant le guitariste si proche de George Harrison dans la façon de jouer.

En bref, c'est un album de très belle facture que nous présente les Zutons pour leur premier coup d'essai. On ne s'y ennuie certainement pas, bercé par les ballades toutes agréables à l'oreille puis réveillé en sursaut par des rythmes entraînants qui nous donne l'impression de se retrouver dans un pub de Liverpool des années 60.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

The Zutons


You Can Do Anything


Album de la semaine

VOLA


Witness


"

Il leur aura fallu le temps, mais on peut désormais l’affirmer sans fard : sur son troisième album, Vola a trouvé tout à la fois son style et sa force de composition. Si les danois avaient su jusqu’ici faire preuve d’éclectisme et d’ouverture d’esprit dans leur metal progressif à accointances électro-djent, on ne les avait encore jamais vus aussi robustes que sur ce Witness qui jette un très gros pavé dans la mare du milieu, au point désormais d’éclabousser à grosses gouttes les cadors du genre, TesseracT en tête. Carrément.

"
À lire également