↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Sparklehorse


Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain


(26/09/2006 - Parlophone - Folk aérienne - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Don't Take My Sunshine Away / 2- Getting It Wrong / 3- Shade And Honey / 4- See The Light / 5- Return To Me / 6- Some Sweet Day / 7- Ghost In The Sky / 8- Mountains / 9- Morning Hollow / 10- It's Not So Hard / 11- Knives Of Summertime / 12- Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (18 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Plongez dans ce nouvel Sparklehorse sans prendre votre respiration. Que du bon."
Jerome, le 24/09/2006
( mots)

Quand on s'attarde sur la biographie de Mark Linkous, on peut lire la phrase suivante : "Quand les Martiens ont découvert l'Amérique à la fin des années 60, pris de panique ils ont fait demi-tour illico. Tellement vite qu'ils en ont oublié un des leurs, le petit Mark". Le centre névralgique de Sparklehorse viendrait donc d'ailleurs... Et à l'écoute de ce Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain on se dit qu'il a bien fait de s'échouer vers chez nous.


Autant être franc avec vous, avant de découvrir cet album, le nom de Sparklehorse trouvait autant d'échos à mes oreilles qu'un "Ah ouais, ça me dit quelque chose..." en secouant la tête d'un air songeur. Un retour aux bases s'imposait donc, parsemé de visites chez les vendeurs de disques d'occaz et d'errances dans les médiathèques. Après quelques jours de dégustation, j'ai pu découvrir le quasi-parfait Vivadixiesubmarinetransmissionplot, me noyer dans les eaux de Good Morning Spider et retrouver goût à la vie en même temps que Linkous sur It's A Wonderful Life. Tout ça pour déboucher tranquillement sur Dreamt For..., dernière production en date de ce groupe décidément complètement barré.


Et tout commence pour le mieux avec "Don't Take My Sunshine Away" et sa petite rythmique à la Radiohead version OK Computer rattraper par un Eels de la première heure. Un album de Sparklehorse ressemble en fin de compte à un vieux jean tout pourrave, rapiécé à l'aide d'un peu tous ce qui peut passer sous la main. Sous fond de ballade folk, on voit se greffer toute sorte d'effets, de samples et d'instruments. Car Mark Linkous est un peu le Géo Trouvetou de ce groupe...Véritable bidouilleur d'amplis, dénicheur de micro d'un autre âge, il prend tout ce qui traverse son champ acoustique pour en ressortir quelques perles comme "Some Sweet Home", "Moutains" ou encore l'instru de l'année qu'est "Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain". Accompagné par Dangermouse ou Tom Waits sur certaines parties, Dreamt For... est le genre d'album à s'écouter allongé ou bon vous semble pourvu que vous soyez prêt au voyage. Regorgeant de subtilités et de profondeur (pour peu que le style vous touche), cette joyeuse mélancolie communicative qui semble les animer laisse parfois la place à une pop british pas des plus inaudibles avec "Ghost In The Sky" ou "It's Not So Hard", histoire de s'assurer que vous n'êtes pas parti trop loin.


Quoi de plus normal pour un groupe qui, accompagné de Thom York, a eu l'audace de faire une reprise de Pink Floyd aussi bonne (pour ne pas dire... Meilleure) que l'original dans un film dont je ne me souviens plus le titre... Car même si cet opus n'est pas forcément à la hauteur de ces prédécesseurs, ça n’empêche que ça reste un sacré bon album qui n’aura de cesse de hanter votre platine pour peu que vous vous donniez la peine de franchir le seuil.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également