↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

SORAH


This Is Religion


(00/07/2013 - - Pop Rock Folk reggae - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- This Is Religion / 2- After / 3- Colonization / 4- Fed Up / 5- It's so hard / 6- BONUS TRACK LIVE: IMAGINE
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Une leçon d’optimisme pour une bouffée d’air pur"
Maya Enib, le 06/10/2014
( mots)

Ce premier EP de Sorah en dit long sur le groupe. Rien n’est laissé au hasard et le moindre détail a un sens.  Si l’on observe la pochette, on est d’abord interpellé par le titre de l’EP this is religion : c’est çà la religion ! Rien que ces premiers mots nous invitent à aller plus loin, à écouter pour en savoir plus. Puis en baissant légèrement le regard, on remarque un paysage vierge et pur où notre esprit est libre de vagabonder. L’horizon, un espace vide et pur ; le genre de photo que l’on choisirait en fond d’écran pour se ressourcer entre deux coups de fils. Cette pochette annonce une grande liberté : la liberté d’un instant, le temps d’écouter l’EP. Cartonnée, elle s’ouvre en portefeuille avec à l’intérieur : des remerciements et une citation du romancier brésilien Paolo Coelho "Il n’y a qu’une chose qui puisse rendre un rêve impossible : c’est la peur d’échouer." Le ton est donné, place au son. 

 

Les 5 titres se suivent mais ne se ressemblent pas. On ressent pourtant un esprit uni, comme les maillons d’une chaine reliés les uns aux autres et aboutissant sur un bonus dont le choix n’est certainement pas une coïncidence : "imagine".

Le disque démarre avec la chanson-titre : "This is religion". Quelques notes de Ukulélé, de guitare puis de saxo accompagnent avec légèreté et brio la voix rauque de Moh. L’air est gai et s’écoute facilement. C’est une mélodie de celles qui nous encouragent à démarrer la journée du bon pied. "If you’re searching a temple,a mosque or a church, If you’re searching redemption, a pride, turn you inside". Il y a un proverbe japonais qui dit : "On peut aussi bien prier une sardine, ce n'est qu'une question de foi." Rien de péjoratif, mais la même morale: chacun peut puiser en lui la force dont il a besoin pour poursuivre son chemin. 

"After" : Ce deuxième titre est celui qui me plait le moins sur cet EP. J’ai beau le réécouter, je n’accroche pas malgré le son très sympathique et festif du saxo... Le rythme est irrégulier et déconcertant et la voix de Moh a du mal à y trouver sa place. Pas d’optimisme non plus au niveau du texte, mais des regrets a posteriori. Un Carpe Diem inversé qui nous enseigne que le bonheur est un choix. Une chanson triste et touchante pour certains, agaçante peut-être pour d’autres mais en aucun cas dénuée de sens qui se termine tout de même par cette jolie phrase : "But nothing is important without love".

"Colonization" : mélodie étonnement gaie comparé au sujet très sérieux de la colonisation. Le saxophone est exceptionnel sur ce titre et nous offre un merveilleux voyage au travers de cette chanson. Les guitares quant à elles accompagnent remarquablement la voix de Moh et offrent une touche de chaleur et d’intimité à ce titre. Et malgré la tristesse et la souffrance qui découlent des paroles, on a envie de danser et de taper des mains au rythme des frappes du batteur. 

"Fed Up" : Ce quatrième titre est une explosion d’exaspération bercée au son du Ukulélé.  Il s’agit également du tout premier clip de Sorah. La vidéo réalisée par les Caïds du Cinéma, correspond tout à fait à l’image que l’on s’en fait en écoutant la chanson. Ce titre est juste dédié à tous ceux qui en ont ras le bol des stéréotypes. Ceux qui en ont marre d’être jugé pour ce qu’ils sont ou ce qu’ils ne sont pas. Marre des règles et des ordres. Ras le bol de la rengaine et de la routine. A ceux qui ont envie de vivre, d’être libre et d’exprimer leurs propres idées. C’est une ode à l’aspiration et à l’envie d’être soi pour se retrouver enfin en écoutant SORAH.

"It’s so hard": la seule déclaration d’amour de cet album exprimant la difficulté et le stress que peut engendrer ce sentiment humain. Il ne s’agit pas pour autant d’un slow ; le rythme est vif et joyeux conforme à l’esprit global de cet EP.

Bonus track : "Imagine" ou un titre bonus en guise de conclusion ? Le moment fort est qu’il s’agit d’une version live, le seul de l’album. Telle une dissertation de philo, ce titre ouvre le sujet sur des questions plus vastes et pousse l’auditeur à s’interroger, à faire des choix et à imaginer son futur s’il s’y tenait.

 

Vous l’aurez compris, This is religion est plus qu’un simple EP musical. Sorah c’est un peu comme écouter des fables de La Fontaine en musique. Ce sont des chansons à textes riches qui se terminent toujours par une moralité. Ce sont des musiciens très talentueux qui offrent des performances tout aussi agréables que remarquables.  Et c’est surtout un groupe de copains très sympathique que l’on a plaisir à écouter tant leur bonheur est contagieux et contamine ceux qui l’écoutent. On dit que nous sourions tous dans la même langue et cette citation ne peut pas mieux tomber pour un groupe aussi hétéroclite que Sorah ! Et même s’il se cherche encore parfois dans cet EP, on a hâte de le retrouver bientôt tant on aime ses mélodies et messages optimistes qui égayent notre quotidien.


 

SORAH - "FED UP"

Si vous aimez This Is Religion, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également
Compte-rendu de concert