↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Jethro Tull


Too Old to Rock'n'Roll, Too Young to Die !


(23/04/1976 - Chrysalis - Rock progressif 70's - Genre : Rock)
Produit par Ian Anderson

Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (6 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Un bon album qui manque tout de même d'inspiration"
François, le 09/04/2020
( mots)

L’accueil mitigé mais tout de même globalement positif offert à Minstrel in the Gallery relance la dynamique de Jethro Tull. Cela lui donne même l’idée de se remettre à produire un album-concept. Faut-il rappeler que leur seule véritable réussite dans le domaine fut un pastiche du genre ? Et que l’exercice se révéla souvent assez scabreux ? 


C’est donc sur l’histoire d’une vieille star du rock, qui se réveille d’un coma pour retrouver un monde où sa musique est reine, que repose Too Old for Rock’n’Roll : Too Young to Die ! L’objet est travaillé puisqu’une bande dessinée accompagne l’album pour revenir sur cette histoire. 


Si cela lui apporte une dimension progressive, l’album se compose en fait de chansons assez courtes, aux structures relativement classiques, avec des variations sur quelques thèmes pour donner de la consistance à l’ensemble. Ainsi, "Quizz Kid" possède déjà le thème du titre éponyme, seul tube de l’album. Il est vrai que ce morceau emphatique est une vraie réussite, notamment par la belle montée de guitare, son orchestration travaillée et sa conclusion en boogie-woogie. 


Seulement, l’album est la plupart du temps convenu, avec de bons morceaux, mais sans réelle inventivité. On retrouve des titres acoustiques comme "Salamander" (presqu’une version alternative de "Cold Wind to Valhalla", pour le coup, Anderson ne s’est pas foulé) ou "Pied Piper" (là aussi on retrouve des plans issus de l’album précédent), des titres bluesy à l’image de "Taxi Grab" (assez bien pensé et groovy) ou dans le même registre, le plus soft "Bad-Eyed and Loveless". Il y a enfin quelques passages électriques : "Big Dipper", "Quizz Kid" … Les musiciens sont toujours au point, même le nouveau bassiste John Glascock, mais l’originalité du groupe est mise de côté (manque de flûte, manque de chorus de guitare, manque de mélodies médiévalisantes …). On est vraiment sur notre faim et l’ensemble se déroule sans qu’on ne puisse vraiment s’y arrêter. 


D’autant plus qu’il y a aussi quelques fautes de goût comme "The Chequered Flag", monotone et confit d’une orchestration envahissante, reproche qu’on peut également faire à "From a Dead Beat to an Old Greaser". 


L’ensemble est de bonne facture mais déçoit quelque peu venant d’un tel groupe. Un bon album, certes, mais on est en mesure d'attendre davantage de Jethro Tull. Heureusement, un changement de direction esthétique bienvenu aura lieu : à partir du prochain opus, le groupe entre dans une merveilleuse série d’albums folk-rock de haute-volée. 


 

Commentaires
Francois, le 22/09/2020 à 16:47
Merci @Kefran pour tes retours, et pour ta prise de position à mon égard. @JacBer l'exercice de critique ne peut se limiter à une simple description, d'une part parce qu'elle n'aurait aucun intérêt par rapport à l'écoute de l'album, d'autre part parce que penser pouvoir retranscrire la musique en mots est une ambition vaine. Ainsi, il faut, il me semble, accompagner la dimension descriptive d'une réflexion (certes subjective, nous sommes dans le domaine esthétique) c'est-à-dire, d'une dimension critique. On peut alors émettre un avis qui prête évidemment à discussion : je suis ravi que vous ne partagiez pas complètement le mien et que vous appréciez cet opus. En ce qui concerne cet album, et pour les remarques que vous soulignez, on peut en effet déplorer le manque de passages instrumentaux (dont ceux attendus à la flûte), le manque de densité et de complexité dans la composition, au regard du reste de l'oeuvre du groupe. On peut également trouver les orchestrations simplistes et grossières, comme c'est souvent le cas dans ces mélanges des genres (mais pas toujours, d'ailleurs, chez JTull, il y a des orchestrations très bien faites sur d'autres albums). Comme le souligne @KeFran, je suis en effet un grand amateur de Jethro Tull, en témoignent par ailleurs les autres critiques du groupe sur le site. J'ai même mis en avant la période folk souvent moins appréciée par nombre de critiques. Enfin, albumrock, par sa volonté d'indépendance, ne possède pas de vache sacrée : nous n'hésitons pas à promouvoir avec enthousiasme des albums, comme nous pouvons être plus sévères. Dans tous les cas, nous ne confondons pas le respect dû à l'artiste avec l'idolâtrie (quand bien même s'agirait-il du génial Ian Anderson - cela est dit sans ironie de ma part).
Kefran, le 22/09/2020 à 14:36
@JacBer, la critique est peut-être un peu sévère et moins argumentée que pour les autres albums du groupe. Mais de là à s'agacer du fait qu'une chronique n'aille pas dans le même sens que son avis personnel.... Ce que j'ai toujours apprécié sur ce site, c'est justement des chroniques en toute subjectivité tout en évitant le côté "masturbation intellectuelle" que l'on peut trouver chez d'autres magazines. Je ne connaissais que très peu Jethro Tull. Depuis les différentes chroniques réalisées ici-même, je découvre avec joie la discographie de ce groupe. Ces chroniques m'ont permis de me lancer dans un 1er temps sur des classiques comme "Aqualung", "Thick as a Brick", "Songs from the Wood". Une fois que j'aurais apprivoisé la bête, il sera peut-être plus simple pour moi de m'attaquer à un album (un peu en deça) comme "Too Old to Rock'n'Roll, Too Young to Die !" et y trouver les qualités que vous citez. Et puis, il suffit de lire les autres critiques pour comprendre que l'auteur de cette chronique est réellement attaché à ce groupe et tout sauf irrespectueux envers l'œuvre du groupe. Et pour finir, ce n'est pas parce qu'un groupe est culte que l'on ne peut plus émettre d'avis en demi-teinte à son sujet.
JacBer, le 22/09/2020 à 02:48
Nonobstant le fait que l'on aurait pu s'attendre à plus de cet album Personnellement je trouve que les mélodies sont au rendez-vous et dans son ensemble l'orchestration est bien fait. C'est vraiment la signature de Jethro Tull. Comment peut-on critiquer la rareté des passages de flûte traversière dans l'ensemble de l'album...c'est comme dire à l'artiste Hey t'a pas assez de ceci ou de cela ou il en faut plus ou il y en a trop...finalement on se met à la place du concepteur pour qu'il nous donne ce qu'on veut bien entendre...pas certain que c'est la bonne approche à mon avis. Et comment pouvez-vous mentionner à un artiste : "vous avez quelques fautes de goût"...!!! Finalement pour la production de cet album vous auriez dû être aux commande et tasser Ian Anderson...(quelle prétention!). D'ailleurs contrairement à vous, la pièce "From a dead beat to an old greaser"est très accrocheuse et du coup je ne pense pas que la simplicité de la pièce en fait une mauvaise piece et nous n'avons pas la même perception de la monotonie. Les adeptes de progressive (comme je le suis) semblent toujours évaluer une pièce par sa complexité et son innovation en tout point, mais personnellement je ne pense pas de cette façon. Cet album n'est peut-etre pas le meilleur si l'on veut absolument faire une comparaison avec d'autres albums studio de Jethro Tull, mais pour moi il est très bon dans son style et lorsque que j'écoute ce vinyle sur un kit de son Hi-fi, j'éprouve un très grand bonheur! Vous pouvez ne pas aimé simplement c'est votre droit, mais svp ne commencez pas à expliquer ce que le concepteur n'a pas fait ou aurait du faire pour que vous puissiez apprécier cet album...juste par respect envers l'artiste.