↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Hyperclean


Hyperclean


(03/04/2006 - Microbe - Chanson rock cynique - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Hyperclean / 2- Pistolet / 3- Halo / 4- Prison / 5- Je danserai avec toi / 6- La ferme / 7- O ma chérie / 8- Les Cigarettes / 9- La fin de l'hiver / 10- Sortez dehors / 11- Je pars / 12- les Cygnes / 13- Lapin
Note de 2/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Sale et névrosé, hyperclean ébranle une nouvelle scène en voie de consensus..."
Nikko, le 22/05/2006
( mots)

Sa distribution, prévue confidentielle, ayant ébranlé nombre d’intellects l’année passée, le premier opus éponyme de Hyperclean s’est octroyé les faveurs d’une major (Warner music) fière de jeter à nouveau, plus fort pour mieux éclabousser, ce même pavé dans la mare. Frédéric Jean, auteur-compositeur-interprète qui ne redoute pas grand-chose, redonne son sens au dandysme, frelaté par trop de réceptacles inopportuns. Daho, Biolay, Delerm, Jérôme Attal, autant d’êtres surannés, littérateurs élégants, un brin provocateurs, que notre dandy en chef relègue au rang d’usurpateurs, à violents coups de génie cynique et intolérant. Un élitisme méchant, décalé ou pas, assumé en tout cas, qui fait de lui l’enfin digne successeur couillu d’une ombre aux oreilles décollées, qui plane sur ses influences musicales.
De Gainsbourg, Hyperclean conserve une variété d’orchestration (reggae-rock-bossa) noyée dans une chanson écorchée où la voix démange la mélodie au lieu de la caresser. De fantasmes surréalistes ("Hyperclean", "O ma chérie") en réquisitoires jouissifs ("Pistolet", "Les cigarettes"), se tisse une toile aux thématiques rugueuses qui reste indéniablement douce au toucher, forte de ses évidences musicales. Un concentré d’anarchie, qui cingle méchamment une nouvelle vague francophone polissée par sa récupération chaud-bises. Un oursin médiatique qui n’accompagnerait pas Didier Wampas aux Victoires de la musique pour surjouer avec lui sa révolution artificielle, mais seulement pour gifler Nagui au passage, volontiers et sans raison, juste pour le plaisir.

Sale, cruel et névrosé au possible, Hyperclean s’est choisi un nom ironique, miroir sans tain dans lequel se scrute une société qui aime s’aimer, et qu’il scrute en retour, sans concession, depuis son repaire de traître.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également