↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Iron Maiden


Piece of Mind


(16/05/1983 - EMI - New Wave of British Heavy Meta - Genre : Hard / Métal)
Produit par Martin Birch

1- Where Eagles Dare / 2- Revelations / 3- Flight of Icarus / 4- Die With Your Boots On / 5- The Trooper / 6- Still Life / 7- Quest for Fire / 8- Sun and Steel / 9- To Tame a Land
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (32 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"D'année en année, ce cru de Maiden a su garder toute sa saveur et sa couleur."
Lulu, le 23/05/2006
( mots)

Un des albums les plus intéressants de la NWOBHM (New Wave Of British Heavy Metal) qui sévissait au début des années 80. C'est à cette époque qu'Iron Maiden était l'un des groupes majeurs de la scène Heavy notamment depuis leur précédent opus Number Of The Beast. On retrouve dans Piece Of Mind le line-up le plus apprécié par les fans (avec Nicko McBrain à la batterie fraîchement débauché du groupe Trust, il est chargé de remplacer Clive Burr). Iron Maiden avait l'habitude de présenter, sur chaque nouvel album, une ambiance différente : le satanisme (version light) pour The Number Of The Beast, l'Egypte ancienne pour Powerslave ou encore le monde futuriste dans Somewhere In Time. Ici, on a un peu plus de mal à trouver le thème principal. Peu importe, derrière ce superbe dessin d'Eddie, la mascotte depuis le début, enchaîné et ligoté dans une camisole de force, se trouvent neuf morceaux excellents dont certains les accompagnent depuis plus de vingt ans.

Il y a bien sûr "The Trooper", sublime cavalcade sur le thème de la guerre froide qui a sa place définitive dans les concerts, au même titre que "The Number Of The Beast" de 1982 ou "Can I Play With Madness" de 1988. Avec une production meilleure que jamais, une richesse de composition au sommet, Iron Maiden n'a plus peur de s'exprimer, même si cela doit passer par des chansons plus longues et des solos de guitares qui prennent enfin la place qu'ils méritent. "Where Eagles Dare" reste classique dans sa structure mais la partie des solos propulse cette première chanson comme étant de très bonne augure pour la suite. "Revelations" est d'une richesse rare, tour à tour riff saccadé, parties lentes en arpège, accélération du rythme pour les solos toujours plus beaux et inspirés, parties instrumentales de haut niveau. Et cette basse qui ronfle à l'arrière... Une perle rare. Le point fort des compositions d'Iron Maiden est certainement le refrain toujours réussi comme dans "Flight Of Icarus" ou "Sun And Steel".

Harris, père fondateur et bassiste, se fait le plaisir de placer dans chacun de ses albums une chanson à mi-chemin entre le progressif et le Heavy en racontant une épopée d'un personnage qui l'a marqué. Dans "To Tame A Land", il choisit de parler du roman Dune de Franck Herbert. Totalement incompréhensibles pour celui qui n'a pas lu le roman, les paroles se veulent juste une description extrêmement sommaire de la situation sur Arrakis. La musique est plus atmosphérique et repose davantage sur la basse et de longs solos de guitare réussis. Les passages chantés au contraire ne laisseront pas un grand souvenir. Bruce Dickinson a souvent critiqué les premiers albums pour contenir des chansons faibles et qui n'avaient pas vraiment leur place, ou alors en face B. "Still Life" et "Quest For Fire" font partie de ces chansons secondaires. Elles restent quand même agréables à écouter grâce à de bonnes parties de guitare.

Quoiqu'il en soit, Piece Of Mind reste un grand cru. Il n'a perdu aucune saveur tout au long de ces années. Il est toujours bon de ré-entendre ces morceaux joués par des groupes de Heavy actuels, non seulement on s'aperçoit qu'Iron Maiden a été une grande source d'inspiration pour beaucoup mais en plus qu'il y a dans ces chansons une grande technique et un merveilleux sens de la mélodie qui les rendent sympathiques et nostalgiquement attachantes.

Commentaires
Willy59, le 22/04/2020 à 16:06
Plus qu'un album de heavy metal classique, un chef d'oeuvre de composition tant les mélodies sont belles, les riffs acérés et les solos recherchés. Bruce D. déploie de magnifique sommet vocaux et place très bien sa voix. Piece of Mind c'est également un son particulier, batterie et guitares sont spécifiques, très brut, sans trop de floritures inutiles. Les compositions sont complexes, et créées parfois une très belle atmosphère (To tame a Land), ou encore permettent a deux compos rythmiques de se retrouver en battle solo pour un finish magistral (Revelation), et que dire de ce magnifique morceau d'ouverture 'Where Eagles Dare' de 6' avec une intro à vous réveiller une armée d'aigles métaleux ! Oui, une pièce maîtresse du groupe qui demande toute votre attention. Dans le top 3 du groupe me concernant. Bonne écoute !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Iron Maiden


The Book of Souls


Critique d'album

Iron Maiden


Powerslave


Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également