↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Helloween


Keeper Of The Seven Keys - Part II


(04/10/1988 - Noise Records - Speed Metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Invitation / 2- Eagle Fly Free / 3- You Always Walk Alone / 4- Rise And Fall / 5- Dr. Stein / 6- We Got The Right / 7- March Of Time / 8- I Want Out / 9- Keeper Of The Seven Keys / 10- Save Us
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (10 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"C'est avec une grande joie que l'on redécouvre cet album d'helloween."
Lulu, le 24/05/2005
( mots)

En cette fin des années 80, Helloween commence à se faire une jolie réputation en dehors de ses frontières germaniques grâce à son premier album Wall of Jericho mais surtout grâce à Keeper of The Seven Keys partie 1 qui représente l'un des piliers du speed métal mélodique. Cette deuxième partie sortie un an plus tard en est la suite logique et enfonce le clou pour les propulser en valeur sure de la scène métal. C'est aussi l'album qui leur donne une identité propre et unique. Inspirés par Iron Maiden mais avec un tempo plus rapide, Helloween réalise un grand album qui étonne par la maîtrise des instruments et par les arrangements.

Sous cette pochette très Heroic-fantasy se cachent quelques classiques du Speed Métal sur lesquels des milliers de têtes chevelues vont être secouées. Comme à l'accoutumée, l'album commence par une courte introduction instrumentale pour déboucher sur un excellent "Eagle Fly Free" bien rapide, efficace, recelant un refrain très accrocheur digne d'un morceau de Piece of Mind d'Iron Maiden, la vitesse en plus. On a même le droit à un court solo de chaque musicien. La machine est lancée. Mickaël Kiske signe deux chansons assez classiques mais bien interprétées, surtout "We Got The Right" qui est une véritable performance vocale tellement le chant est aigu et puissant. Car une des forces d'Helloween est bien leur chanteur qui est très à l'aise dans les notes les plus hautes.

"Rise And Fall" et "Dr Stein" ont deux points communs, d'une part elles ont été écrites par Weikath (qui essaye d'ailleurs de contrôler peu à peu le groupe en mettant sur l'album le plus possible de ses compositions) et d'autre part, leurs textes sont drôles : la première parle du danger de la célébrité et de sa chute vertigineuse le lendemain (avec des bruitages hilarants et de nombreux cris d'animaux à la fin) et la deuxième met en scène un savant fou qui créé des monstres et les lâche dans la nuit sous une ambiance très? halloween. Et grâce à cet humour dans les textes ou par les illustrations de citrouilles dans le livret, Helloween se démarque des autres groupes de Métal en les rendant plus attachant.

La deuxième partie de l'album est marquée par les compositions de Kai Hansen, avec des chansons plus incisives et directes. "March Of Time" et "Save Us", titre bonus qui sera ajouté sur l'album un peu plus tard, sont les exemples typiques du speed métal, une grande cavalcade avec des solos à tour de rôle des deux guitaristes ou parfois ensemble pour être plus efficace. "I Want Out" est la chanson de heavy parfaite, riff énergique et un refrain que de nombreux fans ont du chanter pendant les concerts. Enfin, on ne peut pas passer à côté de "Keeper of The Seven Keys" qui est une grande aventure de plus de treize minutes et qui se veut la réponse aux quatorze minutes d' "Halloween" dans Keeper of The Seven Keys partie 1. En moins réussie peut-être mais intéressante à plus d'un titre.

Keeper of The Seven Keys partie 2 est l'apogée musical de Helloween et un album que l'on écoute toujours avec un très grand plaisir. La suite par contre sera moins rose pour le groupe : le départ de Kai Hansen qui ira assouvir ses besoins de composer dans son propre groupe Gamma Ray et le procès avec leur maison de disques qui leur fera perdre trois ans et surtout l'envie de rire. De toute façon, les deux parties de ce gardien des sept clés ont eu un tel impact que peu de groupes peuvent prétendre s'en approcher.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Helloween


Pink Bubbles Go Ape


Album de la semaine
À lire également