↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Fumuj


Fumuj


(12/11/2013 - - Hip-Hop/Indus - Genre : Autres)
Produit par

1- Aroma / 2- Chop chop / 3- Zombies / 4- I pledge allegiance / 5- Why? / 6- Flower fable / 7- Fury / 8- Angry speakers / 9- Can't walk straight / 10- Breathless / 11- No return / 12- A dawn lila
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Plus loin, plus haut, plus fort (si c'était possible) pour Fumuj"
Geoffrey, le 14/11/2013
( mots)

Ils ont trouvé leur univers, les tourangeaux de Fumuj. Après avoir écumé les scènes de leur dub originel, les voici de retour avec un album qui suit les traces de son prédécesseur Drop a three. Fumuj persiste donc à fournir une musique aussi particulière que ne l’est cet univers, sur fond d’une fusion, intelligente et rythmée, de rock, de rap, et d’électro, avec sans doute plus de force dans l’interprétation. Une musique que le groupe a souhaité, en partenariat avec la SMAC orléanaise, transmettre aux invalides du son, les sourds et malentendants, en ce mois du handicap. La promesse d’une énergie capable de briser certaines barrières physiques, le temps d’un album. 

C’est  une contrainte de taille, qui redimensionne la manière d’écrire et de composer, tentant de dégager d’un son pour valides des sensations que seuls les sourds peuvent percevoir. Ça passe par des infra-basses, des basses puissantes et beaucoup de percussion. Accessoirement pour le cas du disque, ça passe aussi par davantage d’artifices propres aux lives, comme des colonnes vibrantes, des batteries lumineuses et des récepteurs somesthésiques (récepteurs permettant de ressentir la musique sur l’ensemble du corps). À voir ! Pour ce qui est de l’écoute, on est forcément attiré par ce concept qui annonce une musique percutante. Et c’est le cas. À l’image des deux premiers titres, "Aroma" et "Chop chop", qui débutent par des gros riffs de guitare pour se terminer sur un rythme pop ou techno. "I pledge allegiance", au contraire débute par un cliché hip-hop boobesque presque comique, pour se finir en bon gros rock qui dit fuck et qui fonctionne très bien, à base d’un rythme qui tape dur et fort. Le groupe montre alors une capacité de passer d’un genre à un autre avec virtuosité et efficacité. Si ces volte-face sonores ne sont pas à l’intérieur d’un titre, ils se trouvent d’un morceau à l’autre, balayant l’ensemble des titres cités plus hauts, et rappelant du même coup quelques groupes tels que leurs concitoyens d’ Ez3kiel, ou encore Mogwai et Oceansize, avec ce petit côté indus et hip-hop commun à l’album tout entier.

On ne s’étonne alors même pas d’apprendre que le nouvel album de Fumuj est en partie produit dans des studios Londoniens qui ont vu passer les Chemical Brothers ou Massive Attack, entre autres pontes du genre. De quoi toucher de près l’excellence, pour un groupe encore trop confidentiel, mais sur lequel nous devrons désormais compter dans le paysage musical français.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Fumuj


Drop A Three


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également