↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Idem


The sixth aspiration museum overview


(06/10/2008 - Jarring Effects - Dub-Rock - Genre : Autres)
Produit par

1- Who or what ? / 2- Up to good (feat Loone) / 3- E.C.O.W. / 4- Presque jour (feat Fab Nau) / 5- Show your right on / 6- Trauma / 7- Stinking flies / 8- Wake up wake up / 9- The mermaid song / 10- Biesy (feat Julie Bornikov) / 11- Extrod erty
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (8 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Idem offre la quasi-perfection d'un mélange de rock, d'électro et de dub ..."
Geoffrey, le 29/10/2009
( mots)

On prête à la musique beaucoup de vertus. D’après certains auteurs illustres (ou pas) elle adoucit les mœurs, elle est le langage des émotions, ou encore le domaine des démons. Une mixture aérienne qui donne aux sentiments cette importance qu’on souhaite leur attribuer. On peut donc le résumer ainsi : la musique fait toujours appel à l’inconscient, plus ou moins refoulé, comme moyen d’expression qui attend son feed-back tout aussi inconscient de la part d’un auditoire pourtant réceptif. Car tout vient de cette réceptivité, de cette capacité à être un public conquis sans bataille par une musique qui parle. Idem est un groupe de cette tranche : celle qui parle à ses auditeurs, qui annonce dès les premières notes de The sixth aspiration museum overview, qu’ils vont être les futures victimes d’un bon coup de pied au cul !

Les quatre nantais nous offrent là leur sixième album studio, le premier qui soit signé chez Jarring Effects, label célèbre pour son catalogue dub. Car Idem est en surface un groupe de dub tel que la maison de disques lyonnaise nous a déjà habitués à entendre, Ez3kiel et High Tone en tête. Mais c’est en creusant plus profondément que les guitares deviennent omniprésentes, la basse profonde, et la batterie mise en lumière, laissant ainsi penser à un style presque fourre-tout à base de rock noisy, d’indus, de post-rock, ou de punk. Mais ce qui peut être fourre-tout sur le papier ne l’est pas forcément à l’oreille. La musique dIdem est intelligente, toute en progression, écrite dans une noirceur d’encre qui agresse l’auditeur qui aime être agressé.

Car The sixth aspiration museum overview n’est pas écrit pour séduire facilement une oreille habituée à un schéma classique de composition. Ici, presque tout est chamboulé. Les guitares saturées cohabitent avec un foutoir électro et indus des mieux organisés, dont les notes sont couchées sur des partitions parfois écrites avec des mesures à sept temps ("Who or what ?", "Up to good", "Trauma"). De quoi déstabiliser la colonne vertébrale de celui qui osera battre la mesure avec sa tête. Pourtant, la musique, très créative, paraît admirablement arrangée, d’une musicalité dévastatrice et assommante, rendant l’inconscience prête à prendre le pas sur la conscience, et créant chez l’auditeur l’état d’hébétude dont est parfois capable la musique. Mais au-delà de ça, et pour la première fois de son histoire discographique, Idem intègre au sein du groupe une voix. Celle d’Isabelle Ortoli, alias Pitch, qui vient poser sur les compositions son timbre rocailleux, abîmé par les volutes épaisses de nombreuses cigarettes qui lui ont caressé les cordes vocales. Une intonation très particulière rendant certains titres, comme "E.C.O.W." ou "Trauma", plus sombres encore, presque sinistres, mais tellement harmonieux.

The sixth aspiration museum overview atteint alors son objectif d’avoir raison de notre conscience, et laisse à l’auditeur un goût masochiste de reviens-y. Difficile de rester indemne après une première écoute. Les sentiments se bousculent jusqu’à la dernière piste, pour finir en apothéose dans un véritable bouquet final sonore où se mêlent et s’entrechoquent les riffs infernaux ("Extrod Erty"), forgeant chez Idem une personnalité mature dont l’efficacité est une fois de plus prouvée, pour des oreilles agréablement éprouvées…

Si vous aimez The sixth aspiration museum overview, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Idem


Good side of the rain


Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également