↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Foxboro Hot Tubs


Stop Drop & Roll (EP)


(29/11/2007 - Pas d'éditeur - Garage Vert - Genre : Rock)
Produit par

1- Stop Drop & Roll / 2- Mother Mary / 3- Ruby Room / 4- Red Tide / 5- Highway 1 / 6- She's A Saint, Not A Celebrity
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (19 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Green Day fait mumuse avec MySpace, et ça donne Foxboro Hot Tubs. A découvrir !"
Nicolas, le 23/01/2008
( mots)

Quoi qu'on en pense, que l'on soit pour ou que l'on soit contre, que ça nous amuse, que ça nous inquiète ou que ça nous horripile, nous touchons avec Foxboro Hot Tubs à quelque chose de nouveau. Pas en ce qui concerne la musique en elle-même, hein, mais plutôt en ce qui concerne la façon d'en parler. De la proposer. D'en faire la promotion. De la vendre ? Vaste débat. Avec un dénominateur commun à ce mode de communication : le buzz Internet. La formule est simple, si tant est qu'on l'applique habilement. Investissez MySpace, faites vous une page perso originale, mettez votre musique en streaming et ajoutez la possibilité de télécharger les mp3 gratuitement. Puis surfez sur des sites de musique sous un pseudo, et balancez la rumeur : " Foxboro Hot Tubs, ben en fait, c'est Green Day qui s'est mis au garage ". Et hop, en moins de 24 heures, la page perso du groupe explose sous l'affluence des fans et des curieux. Et ça marche ! Bien plus que si le groupe avait mis sa musique en ligne sous son propre nom. Il y a le côté rigolo du truc, cette grosse blague potache (on vous a bien eu, hein ?), cette approche dynamique d'un questionnement par rapport à la musique, le côté détendu et léger de la chose. Et pourtant, ce serait bien mal connaître Billy Joe Armstrong que d'imaginer dans ce buzz un délire commis à la va-vite.

Pour le chroniqueur, la tâche se complique un tantinet. Récapitulons : nous avons ici affaire à un groupe fantôme, dont on pourrait penser qu'il s'agit de... mais sans en être sûr à 100 %, groupe qui propose un EP exclusivement on line (plus de support physique) et téléchargeable gratuitement en intégralité. Comment se positionner par rapport à ça ? Quelle est la valeur de cette musique, artistiquement parlant bien sûr - prise isolément, mais aussi en la comparant à une concurrence payante ? Pour dire les choses autrement : faut-il considérer cette liste de titres uniquement comme un vulgaire spot publicitaire du prochain album de Green Day ? Comme une simple vitrine de savoir-faire ? Comme une envie sans lendemain ? Ou comme une oeuvre potentiellement commercialisable à part entière, pour laquelle on serait prêt à donner ses euros, et dont on serait en droit d'attendre légitimement un certain "retour sur investissement" ? Mon parti pris, qui peut bien sûr se discuter, a été de privilégier cette dernière approche. C'est bien joli de déconner sur Internet, mais si ça revient à produire une musique sans intérêt sur le plan artistique et de surcroît non viable... il ne resterait alors plus qu'à exprimer un mépris des plus profonds pour une opération qui consisterait, insulte suprême, à ne proposer gratuitement qu'un mauvais rock en réservant les meilleurs morceaux pour un projet plus "bankable".

Heureusement, on est loin de la daube. Oh certes, cet EP n'est pas aussi génial que son mode de promo. Levons tout de suite le (faux) suspens sur l'identité du groupe mystère : oui, Foxboro Hot Tubs , c'est bien Armstrong et sa bande, aucun doute là-dessus. Si le titre éponyme peut un temps entretenir le doute, "Mother Mary" semble tout droit sorti d'American Idiot, arborant de fait un son impossible à contrefaire : guitares tranchantes, directes, incisives, amples, pêchues, puissantes : bref, le son Green Day, avec tout le savoir faire que l'on connaît au groupe dans ce domaine, et une présence vocale toujours aussi impressionnante de la part de Billy Joe, dont le timbre et l'accent ne laissent place à aucune équivoque. Mais voilà, si "Mother Mary" fait un peu office de balise pour auditeur dubitatif, les autres chansons sortent assez franchement des sentiers battus et rebattus par le groupe : exit les morceaux pop calibrés Virgin Radio ou les déferlantes punk-rock nickel-soniques, place à des titres plus... rock 'n roll. Moins rapides, plus posés, avec un son un peu plus gras, des gimmicks parfois kitch et un jeu instrumental plus incertain, quoique restant un peu trop propre - le travers de la scène punk-rock, sans doute. Peut-on parler de garage pour autant ? On est quand même très loin de l'esprit de The Libertines ou même de The Strokes . Probable que l'intention de Green Day n'est pas de coller à un quelconque revival et que cette démarche s'inscrit plus dans une optique nostalgique - dans le bon sens du terme. Il n'empêche : on va vraiment finir par croire que tout ce que touche Armstrong se transforme en or. Comment rester insensible à ces mélodies toujours aussi directes et accrocheuses ? Comme "She's A Saint Not A Celebrity", dont on imaginerait très bien la version punk-rock " à l'ancienne" rien qu'en la fredonnant, et qui se trouve relookée en rock gouailleur rétro. Plus important, on sent une vraie jubilation dans ce retournement, avec un Billy Joe Armstrong prenant notamment un malin plaisir à vomir ses tripes dans "Stop Drop And Roll" et "Highway 1". Pour le reste, pas besoin d'en rajouter : entre tube sautillant ("Ruby Room") et complainte veloutée ("Red Tide"), Stop Drop And Roll assure sans complexe une variation jubilatoire dans le répertoire du trio californien.

Au delà du buzz, cette entreprise estampillée Foxboro Hot Tubs mérite bien plus qu'une oreille distraite. Si c'est encore possible, laissez-vous donc entraîner sur le Myspace du groupe et allez télécharger ces quelques titres : après tout, vous n'avez rien à perdre, hormis peut-être votre temps. Pour les retardataires qui n'auraient pas eu le temps de profiter de cette "offre découverte", jetez-vous sur l'EP dès qu'il sera disponible à la vente (s'il l'est un jour) et allez jusqu'au bout de la démarche : achetez-le. Si, si. Parce qu'il le vaut bien, vraiment. 

Visiter le MySpace de Foxboro Hot Tubs

Si vous aimez Stop Drop & Roll (EP), vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également