↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Foo Fighters


Saint Cecilia


(23/11/2015 - RCA - Rock alternatif - Genre : Rock)
Produit par Foo Fighters

1- Saint Cecilia / 2- Sean / 3- Savior Breath / 4- Iron Rooster / 5- The Neverending Sigh
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (8 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"La rédemption des Foo Fighters viendra-t-elle avec Saint Cecilia ?"
Stéphane, le 21/12/2015
( mots)

 "Cecilia, you're breaking my heart"..... chantaient Simon & Garfunkel en 1970. C'est le coeur et l'âme brisée que les Foo Fighters délivrent cet EP. Une plume avisée nous présente les intentions du groupe, censé célébrer la vie et la musique, Saint Cecilia arrive comme un cheveu sur la soupe... Et quelle soupe, un bain de sang qui a bouleversé une salle, une ville, un pays, un continent, une planète.


Le programme des Foos était le suivant : Paris, Lyon, rentrer aux USA, Sortir Saint Cecilia, et ainsi, remercier le public qui avait été fabuleux. Pour des raisons que tous comprendront, les étapes françaises n'ont pas résisté à l'actualité tragique et ont été déprogrammées.


Du fait de cet attentat à la vie, à l'amour et à la musique, il était important pour le leader des Foo Fighters de prendre la parole au travers d'une lettre. Le choix de la lettre rappelle que s'il sait se montrer omniprésent sur les plateaux TV, il sait aussi rester en retrait lorsque la situation l'impose.


Essayons d'oublier ces évènements atroces quelques minutes pour revenir vers Dave Grohl qui en VRP de son groupe, assure la création, la production, la vente et le S.A.V.. Ce Jean-Marie Messier du rock s'est illustré sur cette tournée par une chute en pays scandinave, au debut de l'été dernier. Alors que ses bandmates s'apprêtaient à plier, Zorro surgit hors de la nuit, aidé d'un médecin qui termine les soins et immobilise son membre sur scène. Au lieu d'annuler la tournée comme il lui avait été préconisé, le voilà qui en quelques semaine reprend le chemin des planches en fauteuil décoré de dizaines de guitare. Cet artifice de scène a un air de "déjà vu", un trône de fer mais avec des guitares, rappelons que l'objet original est forgé à partir des épées des vaincus d'Aerys Targaryen. On pourrait aisément imaginer que les guitares qui ont orné ce trône appartenaient à .... la firme Gibson qui fait un double coup de pub ? Et bien oui.


Ne nous leurrons-pas, la communication est un outil que Dave Grohl, le best friend de toutes les stars du rock, manie à la perfection. La série Sonic Highways, qui reprend l'enregistrement du dernier LP, diffusée sur HBO est la preuve qu'il manquait aux sceptiques.


Et Saint Cecilia ? Que valent ces enregistrements qui viennent clore une tournée pour le moins mouvementée ?


A la première écoute, on retrouve l'esprit de Sonic Highways, les chansons ne présentent pas un réel intérêt. On aurait aisément vu le king du marketing pondre un coffret Sonic Highways pour Noël comprenant la série en DVD et le dernier album en version double CD avec les 5 titres Saint Cecilia sur la deuxième rondelle. Ne voyez-là aucune critique bête et méchante, car ce fantasme aurait trôné sur ma lettre au Père-Noël.


Laissons donc une deuxième chance à Saint Cecilia, le morceau éponyme est calibré comme un bon morceau de rock, trop parfait, trop rond, pas assez spontané. Le solo de guitare illustre à la perfection ce propos, tout est dans la pentatonique, un débutant avec 2 ou 3 ans de guitare aurait pu pondre cet enchaînement.


"Sean" a un peu plus de personnalité, il surprend par ses breaks, il est rythmé mais au bout d'une minute on se croit dans "the Feast and the Famine". Cette sensation d'auto-pillage est déplaisante, seraient-ils en manque d'inspiration ? A ce compte-là, pourquoi sortir un EP en téléchargement gratuit ? Continuons l'écoute avec "Savior Breath", qui déboule à toute vitesse, à la manière d'un "Ace of Spades" de Motorhead, le morceau reprend la recette déjà employée sur Wasting Lights avec "White Limo" (rappelez-vous le clip avec Lemmy). "Savior Breath" est un morceau "défouloir" qui n'a que cette fonction, dommage on a failli y croire.


Place à la ballade avec "Iron Rooster", "Have you been young enough to feel what you have to feel ?" Des paroles fumeuses, un piano tout droit sorti de Grey's Anatomy, la bande à Dave Grohl a trop fréquenté HBO et petit à petit perd de son sel. Le pont et le solo sont autant d'éléments qui auraient pu être laissés de coté. Il en faut du courage pour continuer et laisser tourner jusqu'au dernier titre...


"The neverending sigh" : une ambiance de toit new-yorkais, un corbeau, une guitare électrique, Eric Raven ? on s'y croit presque et là, c'est la grosse claque ! Le voilà, le seul morceau qui est assez bon pour faire oublier les 4 premiers. Le riff de guitare accroche, le prérefrain nous donne envie de savoir ce qui arrive après, le refrain sent bon l'hymne de stade, il sera parfait repris par des milliers de fans en folie, bravo.


Bref, une fois de plus le travail est fait pour qu'on ne puisse pas cracher dans la soupe, celle là-même qui contenait un cheveu au début de ce papier. Malgré une pauvreté créative qui se fait ressentir, les Foo Fighters sont présents et savent accrocher, un compte à rebours, une lettre, un EP, un bon titre, et le cliffhanger journalistique de la saison 2 de Sonic Highways sur HBO. Nous n'aurons pas d'autre choix que de suivre l'actualité des Foo Fighters et de leur leader.


 

Avis de première écoute
Note de 3/5
Dans la droite lignée de Sonic Highways, Saint Cecilia se veut quelque peu convenu et direct sans jamais vraiment faire mouche. Appréciable néanmoins.
Avis de première écoute
Note de 4/5
Deux étoiles pour le geste, deux étoiles pour ces 5 titres qui n'inventent rien mais qui sont étonnamment très garage, avec beaucoup d'énergie (Savior Breath ; The Neverending Sigh). Une petite ballade pour passer de la pommade en lisant la lettre de Dave Grolh qui accompagne cet EP. Difficile de ne pas éprouver d'amour pour les FF.
Avis de première écoute
Note de 2.5/5
Un EP franchement gentillet où le groupe se fait plaisir. Ces cinq titres semblent ne jamais décoller et on peine à y trouver un quelconque intérêt, à l'exception du dernier titre qui se veut franchement le seul bon morceau de ce disque. Un moment malgré tout agréable.
Avis de première écoute
Note de 2.5/5
La générosité unanimement reconnue de Grohl ne suffit pas toujours à faire monter la mayonnaise. Un EP qui peine à décoller, à l'exception peut-être de "Savior Breath", seul titre sortant des sentiers battus. Trop convenu.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Foo Fighters


Sonic Highways


Critique d'album

Foo Fighters


Wasting Light


Album de la semaine
À lire également


TalkTalk - Messagerie privée en direct