↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Cirith Ungol


Paradise Lost


(23/08/1991 - Metal Blade Records - Old School Heavy US épique - Genre : Hard / Métal)
Produit par Ron Goudie

1- Join the Legion / 2- The Troll / 3- Fire / 4- Heaven Help Us / 5- Before The Lash / 6- Go It Alone / 7- Chaos Rising / 8- Fallen Idols / 9- Paradise Lost
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Le chef-d'oeuvre de Cirith Ungol"
François, le 21/03/2020
( mots)

Avant l’annonce d’un nouvel album pour 2020, Paradise Lost était l’œuvre ultime de Cirith Ungol. La faute revenait à de gros problèmes avec leur label qui avait brillé par son absence dans la promotion. En effet, le groupe se sépara juste après la sortie, en 1992. Etant donnée la qualité de l’opus, c’est, pour reprendre une expression un peu exagérée, "Mozart qu’on assassine". Pourtant, l’histoire était mal partie, puisque deux musiciens avaient quitté le navire, laissant Baker et Garven seuls aux manettes. De même, l’enregistrement, trop piloté par la production, fut une épreuve. Mais quel résultat ! 


Si le son garage et la production moyenne faisaient le charme du groupe, Paradise Lost bénéficie enfin d’un enregistrement professionnel, digne de leur musique. De même, les compositions n’ont jamais été aussi abouties, ce qui en fait également une entrée en matière plus facile pour ceux qui voudraient se lancer dans leur œuvre. 


Sans parler de "Go It Alone", titre presque hard-FM sans être ridicule, Cirith Ungol essaye de réaménager sa recette en travaillant davantage les riffs et les fioritures, les mélodies et l’harmonie globale. Les fans ne sont ainsi jamais déconcertés, mais l’impact potentiel est largement augmenté. Ainsi, "The Troll" est une petite sucrerie bien heavy pour les amateurs du groupe, entre références fantasy et riff caverneux, avec une petite montée bien pensée entre couplet et refrain. Plus encore, le tubesque "Join the Legion" est un hymne parfait pour rassembler les fidèles depuis toujours avec les néophytes du groupe. La technique de guitare est assez impressionnante en introduction quand il s’agit de varier la façon de jouer les notes, et le riff est dantesque. 


On a même le droit à quelques surprises. "Heaven Help Us", très maidenien avec son riff principal épique, son solo et sa rythmique, est composé et chanté par le nouveau bassiste, Robert Warrenburg. S’il se débrouille plutôt bien, il n’a pas l’originalité de Baker. Il n’empêche qu’à nouveau, on se retrouve face à un titre assez exceptionnel. Autre plaisir inattendu, une reprise heavy absolument réussie de "Fire", morceau incontournable d’Arthur Brown (1968), pépite hard-psyché à son époque. 


Mais le sommet de l’album et de leur carrière, c’est la suite qui clôt l’opus en trois morceaux d’une force incommensurable. Cette pièce épique, presque progressive, commence avec « Chaos Raising ». Ce premier mouvement s’ouvre sur une cavalcade infernale avant de poursuivre sa course entre arpèges et thème aérien à la guitare. Les chorus sont pléthoriques, les nouveaux riffs également, notamment vers la moitié du titre, pour accélérer le tempo. Très riche, « Chaos Rising » est sûrement l’un des plus beaux morceaux du groupe. Toujours plus épique, la deuxième partie de cette suite, "Fallen Idols", est un heavy solennel et puissant, au thème accrocheur. Enfin, "Paradise Lost" signe une conclusion en cavalcade, avec des effets bien sentis. Bref, impossible de rester de marbre. 


Baker considère ces trois titres comme le sommet du l’œuvre du groupe, mais également comme le nec plus ultra du Metal, à introduire dans le top 10 (et franchement, pourquoi pas ?). Un manque de modestie qui ne doit pas cacher la qualité de cette suite – vraiment fabuleuse – et de l’album en général. Le chef-d’œuvre de Cirith Ungol. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Cirith Ungol


Forever Black


Critique d'album

Cirith Ungol


One Foot in Hell


Critique d'album

Cirith Ungol


King of the Dead


Album de la semaine
À lire également