↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Fates Warning


Awaken the Guardian


(01/06/1986 - Metal Blade Records - Pionniers du metal prog - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- The Sorceress / 2- Valley of the Dolls / 3- Fata Morgana / 4- Guardian / 5- Prelude to Ruin / 6- Giant's Lore (Heart of Winter) / 7- Time Long Past / 8- Exodus
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Dernier album avec John Arch qui conclut en beauté cette première période du groupe. "
François, le 17/03/2020
( mots)

The Spectre Within’ Volume 2. Awaken the Guardian aurait pu porter ce titre tant il est dans la lignée de son prédécesseur, dans son mélange entre Heavy racé et expérimentations progressives. Une musique dense et complexe, assez sombre, portée par la voix si particulière et émouvante de John Arch. C’est d’ailleurs le dernier album pour lequel il prêta ses talents, ne souhaitant pas quitter son emploi pour se consacrer au groupe à plein temps. 


Pionniers du Metal à caractéristiques progressives, ils poursuivent leurs pérégrinations avec les mêmes ruptures rythmiques, les changements brusques de thèmes, les guitares très mélodiques, les morceaux denses, que l’on retrouvait sur l’album précédent. "The Sorceress", en ouverture, ne manquera pas d’affirmer le style de Fates Warning, enfin trouvé. Bien sûr, le groupe pioche toujours chez Iron Maiden, leur référence depuis les débuts : l’efficace "Valley of the Dolls" est représentatif de leur NWOBHM sous perfusion. Les soli sont très bien exécutés, d’une vélocité assez redoutable pour l’époque : les musiciens sont relativement talentueux. Pour la guitare, il faut saluer l’arrivée de Franck X Aresti qui dialogue majestueusement avec Matheos. 


Il y a bien sûr des morceaux plus réussis que d’autres dans ce nouvel album. Parmi ceux-ci, "Fata Morgana" multiplie les thèmes les plus accrocheurs et émouvants, épiques et variés. Et quelle introduction, s’il ne fallait souligner qu’un des passages les plus marquants du titre. Une petite perle subtile, qui se hisse dans le palmarès du groupe. Du côté des titres très heavy, on mettra en avant "Giants Lore (Heart of Winter)", avec ses riffs puissants au rythme fou. 


C’est aussi les morceaux plus longs et ambitieux qui sont remarquables, puisque Fates Warning fait dans l’alambiqué. "Guardian", aux guitares racées, est un morceau très élégant, avec des mélodies composées soigneusement, une progression très bien rodée. Les guitares s’avèrent expressives comme jamais, nuançant les approches entre les très aérien et le beaucoup plus speed. Dans les autres morceaux qui ont tendance à s’étendre, on trouve le plus hard "Prelude to Ruin", qui est également moins original. "Exodus" est plus intéressant, assez tortueux, il conclut l’album sur une touche sombre et épique. Agissant à la même époque que [g]Queensrÿche[/g], Fates Warning est plus technique et progressif que les compères de Seattle. 


C’est donc sur cet excellent opus que John Arch met fin à sa carrière dans le groupe, alors qu’il semblait enfin maîtriser pleinement son organe. Dommage. Enfin, son remplacement par Ray Alder, qui est accueilli avec circonspection par les fans (mais le sentiment passera rapidement), donnera une suite tout aussi fameuse à Fates Warning. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Fates Warning


No Exit


Critique d'album

Fates Warning


Night On Bröcken


Album de la semaine
À lire également