↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Banco Del Mutuo Soccorso


Transiberiana


(10/05/2019 - Inside Out - Rock progressif italien - Genre : Rock)
Produit par

1- Stella Sulla Terra / 2- L'Imprevisto / 3- La Discesa Dal Treno / 4- L'Assalto Dei Lupi / 5- Campi Di Fragole / 6- Lo Sciamano / 7- Eterna Transiberiana / 8- I Ruderi Del Gulag / 9- Lasciando Alle Spalle / 10- Il Grande Bianco / 11- Oceano : Strade Di Sale
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Retour en force pour Banco, incisif et créatif, qui gravit à nouveau le sommet de la prog' italienne. "
François, le 09/07/2019
( mots)

On vous a déjà un peu parlé du Rock progressif italien dans ces colonnes, pour présenter de groupes relativement jeunes, mais sachez que le genre s’est avant tout épanoui dans les années 1970. Si les formations talentueuses sont pléthores, une triade se démarque avec Le Orme, Premiata Forneria Marconi et Banco del Mutuo Soccorso. C’est de ces derniers qu’il s’agit ici avec une nouvelle production plus de 15 ans après la précédente. Autant dire que les attentes sont nombreuses pour un groupe qui, malgré des errements malheureux dans les années 1980, a produit des chefs-d’œuvre comme Darwin ! ou Io Sono Nato Libero


Dans une longue et belle interview pour Prog’Italia (mars-avril 2019), Vittorio Nocenzi parlait du rock progressif comme de LA "Buona Musica", captivante, hors de toute banalité, complexe (nous conseillons pour les italophones de lire cette interview qui donne des caractéristiques stylistique, harmoniques, rythmiques quand définir le rock prog’ est toujours une entreprise scabreuse) : le pari est-il tenu avec Transiberiana, œuvre "anticipant le futur" ? 


En effet, ce refus de la nostalgie se ressent dès les premières notes puisque nous sommes emportés dans une introduction électronique dont la structure est reprise par la guitare, très brute et saccadée : comme un signe de bienvenu dans un album solide de rock progressif italien. "Stelle Sulla Terra" a d’ailleurs tout d’un morceau culte du groupe, varié et surprenant, tantôt angoissant, tantôt abrupt, parfaitement exécuté des claviers au chant. 


Malgré tout, la présence de la tirelire (il salvadanaio) sur la couverture (servant de globe terrestre), renvoie au premier album et au symbole du groupe, comme un regard vers le passé … La présence importante des claviers, les inspirations jazz et classique, les liens avec la chanson italienne et traditionnelle ("Campi di Fragole") rappellent bien la Banco originel. Dire que les claviers sont essentiels chez Banco relève du truisme mais 


Au niveau de la voix, Banco s’était fait remarquer à l’époque par son charismatique chanteur Francesco di Giacomo, mais son remplaçant Tony d’Alessio, est particulièrement brillant. Théâtral, plein de nuance, expressif, il offre à l’auditeur une prestation remarquable et donne du relief à l’album. Evidemment, faut-il le préciser, le chant est en italien. 


Transiberiana est un concept-album, on suit un voyage à travers la Sibérie, voyage aussi bien physique que musical : mais ce voyage est également allégorique, comme l’exprime le livret de l’album, en une sorte d’introspection mentale. Le lien entre la musique et le propos est essentiel pour que le concept soit actualisé, et Banco s’en sort très bien. Ainsi, l’arythmie de "L’Assalta dei Lupi", l’agressivité de certains sons et du chant, participent au moment angoissant, avec un superbe passage à la guitare acoustique reprenant celui des claviers. Des thèmes sont d’ailleurs entrelacés entre les titres comme "Eterna Transiberiana" qui démarre sur celui de "Stelle sulla Terra" et reprend son passage atmosphérique 


La force de l’album, mais c’est celle du groupe depuis ses débuts, est de marier des parties assez expérimentales dans les rythmes et les sonorités, avec un vrai travail mélodique et harmonique, tout en veillant à travailler les liaisons au sein des différentes parties des morceaux (relativement courts mais très riches) et de l’album dans son ensemble. Un réel talent de composition se démarque à nouveau dans cette nouvelle production. 


L’album peut se faire très électrique et assume son côté rock : "La Discesa Dal Treno", titre relativement calme, place quand même des accords très lourds, "Lo Sciamano" transpirant de groove, lorgne du côté du théâtre des rêves …


Transiberiana fait partie de ces albums inattendus tant par leur qualité que par le fait même qu’ils soient produits par des groupes endormis. Banco réaffirme son statut de géant du rock progressif (italien certes, mais en général) et entre légitimement en compétition des awards du magazine Prog de cette année. 


A noter qu’Inside Out propose l’album dans une édition en carton renforcée avec un beau livret, comprenant deux titres live en bonus ("Metamorfosi"  - titre du premier album et "Il Ragno" de Come in Un’Ultima Cena). Une belle pièce pour les collectionneurs comme pour les amateurs. 


 

Si vous aimez Transiberiana, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également