↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

La Coscienza Di Zeno


Una Vita Migliore


(04/12/2018 - AMS Records - Rock progressif italien - Genre : Rock)
Produit par

1- Lobe Iste Calabu / 2- Il Posto Delle Fragole / 3- Danza Ferma / 4- Mordo la Lingua / 5- L'Aspettativa del Bimbo Scuro / 6- Una Vita Migliore / 7- Vico Del Giglio
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 5.0/5 pour cet album
"Quand 2018 voit naître un nouveau chef-d'oeuvre du rock progressif italien ! "
François, le 12/02/2019
( mots)

Si vous tombiez sur quelqu’un qui ignore l’existence d’une immense tradition progressive transalpine, vous pourriez pour lui exposer les savants agencements et emprunts entre diverses influences qu’ont réussi à réaliser ces artistes italiens pour fonder le Rock Progressif Italien (RPI). Mais le plus simple resterait de lui faire écouter l’instrumental qui ouvre le dernier album de La Coscienza Di Zeno . Non pas que ce morceau soit le meilleur jamais composé par-delà les Alpes, ni même le meilleur de l’album, mais il concentre en quelques minutes et avec perfection l’assemblage rock, jazz et traditionnel (Quelle intro acoustique ! Quelle flûte et quel violon !) constitutif du genre. Tant de richesse et de variété en si peu de temps ne peuvent que convaincre. A partir de là, l’auditeur de bon goût voudra s’émanciper de son guide pour partir à la découverte des milles trésors de cette prog’ nationale, hurlant "Oh mama mia Let me go" pour parodier un groupe qui a le vent en poupe dans la rédaction. 


La Coscienza Di Zeno , dont le nom vient du roman d’Italo Selvo publié en 1923, est une valeur sûre de la scène progressive actuelle qui connait un renouveau sérieux depuis les années 2000. Ce quatrième album, au doux titre de Una Vita Migliore (toute la poésie de la langue de Dante en trois mots), le confirme à nouveau. Alors autant prévenir tout de suite l’auditeur sur deux spécificités italiennes : le goût pour l’adjonction d’instruments acoustiques (particulièrement le violon) puisque la musique traditionnelle est en grâce dans le RPI, et le chant en vernaculaire. Nos écoutilles habituées à l’anglais peuvent avoir besoin d’un temps d’adaptation, mais l’italien est une langue parfaite pour le romantisme qui se dégage de ce style. 


A l’instrumentation très progressive (claviers, guitares …) des membres du groupe, une dizaine de musiciens sont joints pour déployer des talents au violon, au saxophone, à la flûte ou au hautbois : on en prend littéralement plein les oreilles. Ce qui peut amener des pépites pastorales comme le très rythmé "Danza Ferma" ou des relents gryphoniens sur "L’aspettiva del Bimbo Scuro", deux titres aux ambiances complètement différentes sur lesquels le son du synthé renvoie à PFM ou Locanda Delle Fate. Si on reste dans les parallèles que l’on peut dresser (avec toutes les limites que cela comporte, mais ça peut aider le lecteur), c’est Camel qui vient à l’esprit, groupe dont on a trop peu mesuré l’influence sur la scène progressive. Cela est particulièrement audible sur la guitare de "Mordo la Lingua" (et même sur l’ambiance un peu lourde qui rappelle  des passages de Music Inspired by the Snow Goose). 


Le groupe brille de mille feux et confine au chef-d’œuvre grâce à deux pièces maîtresses très progressives. En effet, La Coscienza Di Zeno  parvient à façonner des morceaux incroyables dans une veine RPI d’une qualité impressionnante. Ainsi, "Il poste Delle Fragole" (dont on a une allusion sur la pochette, avec les fraisiers entourant la main) s’affirme immédiatement comme un classique du rock progressif. La guitare fait vraiment un travail monstrueux, propre, vectrice d’émotions (écoutez ce solo après le passage au synthé), que le clavier vient compléter à l’occasion : c’est complexe mais très mélodieux. On ne peut qu’être surpris, après plusieurs écoutes et de l’attention, sur le nombre de plans différents qui sont déployés dans ce morceau avec une articulation calculée au millimètre, si bien qu’on peut ne pas les remarquer grâce à cette fluidité. Ceci se retrouve également sur "L'aspettiva del Bimbo Scuro", et témoigne d’une maturité musicale accomplie. Le rock progressif gagne à ne pas superposer les plans avec des ruptures trop brutales. Ainsi, "Il poste Delle Fragole" est clairement le chef-d’œuvre de l’album. 


"Una Vita Migliore" est également un acte de bravoure, dans un registre un peu plus jazzy. Le chant y est très bien exécuté, et en général, la théâtralité est au rendez-vous de ce côté tout au long de l’album, marquant une réelle conviction dans l’interprétation. Bref, La Coscienza Di Zeno habite son œuvre et lui donne tout le relief qu’elle mérite, faisant de son quatrième essai une pierre angulaire du RPI et surement un des meilleurs albums de l’année 2018. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également