↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Avis

Motis


Déglingo


(2018 - Muséa - Rock progressif)

www.motis-music.com
Note de 4/5
Note de 4/5
Motis est un groupe originaire de Franche-Comté se positionnant aujourd’hui comme un digne héritier des illustres formations du rock progressif français telles que Ange et Mona Lisa. Avec ce septième album intitulé Déglingo (2018), le groupe mené par Emmanuel Tissot, en profite pour surprendre son public avec une formule plus brute et électrique, le tout renforcé par des textes abordant des sujets d’actualité : pollution, crise des migrants, dépendance à la technologie… A l’écoute de ces 11 titres, nous pensons forcément à un album comme "Au-delà du Délire" (Ange, 1974). Et pour cause, le groupe franc-comtois n’a jamais caché ses racines, Ange restant une influence majeure. Cerise sur le gâteau, on retrouve Christian Décamps (leader de Ange) pour un sympathique duo au chant sur le morceau "Monsieur Machine". L’ensemble de l’album regorge de bonnes idées et de concepts originaux, le groupe se montrant particulièrement généreux sur la variété des instruments utilisés (orgue Hammond, bouzouki, mellotron, clavecin…). Il s’agit là d’un très bel album que nous recommandons à tout amateur de rock progressif français, de chanson, et tout simplement de rock !
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert