↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Avis

Héliophonor


L 4 T 7 T


(4 décembre 2020 - Enregistré au Sun Lab Records - Rock alternatif/progressif)

bit.ly/l4t7t
Note de 3.5/5
Note de 3.5/5
Héliophonor est un groupe originaire de Provence proposant un rock/metal progressif influencé par les mastodontes du genre : Dream Theater, Porcupine Tree, ou encore Haken… Pas besoin d’en dévoiler plus pour attiser la curiosité de la rédaction Albumrock ! Encore faut-il se montrer à la hauteur. Et bien verdict: nous avons là un EP très prometteur (le deuxième du groupe), reprenant les codes du genres - à savoir des rythmiques complexes au service de morceaux aux multiples directions -, tout en apportant une touche personnelle et singulière grâce à la voix envoutante de sa chanteuse et à un véritable travail d’ambiance, perceptible dès les premières notes du titre "Hold On". Les passages atmosphériques contrastent ainsi avec des breaks explosifs (on appréciera les rythmiques quasi djent sur l’imposant "Bring Me Down") au sein de compositions plus ou moins débridées allant de 4 à 10 minutes. Nous vous le répétons régulièrement : la scène metal prog hexagonale est en pleine forme, Héliophonor en est une preuve de plus!
lien du clip "Learning for the Seventh Time":
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également