↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

Whitesnake


Hard / Métal (Hard FM)

Membres :
David Coverdale (Chant)
Tommy Aldridge (Batterie, Percussions)
Michele Luppi (Clavier, Choeurs)
Joel Hoekstra (Guitare, Choeurs)
Reb Beach (Choeurs, Guitare)
Michael Devin (Basse, Harmonica, Choeurs)

Sites :
Whitesnake Official
Facebook
Twitter David Coverdale

Whitesnake est un groupe de hard rock britannique formé en 1978 par David Coverdale.

Ex-chanteur de Deep Purple version MkIII, Coverdale embauche Jon Lord le temps des premiers albums de la formation. D'abord orienté blues rock voire hard rock traditionnel, le groupe connaîtra un profond changement de style dans le milieu des années 80, s'orientant vers un hard typé FM US.

Son plus gros succès, l'album Whitesnake sorti en 1987, comprend de nombreux titres présents sur ses précédents albums, ré-enregistrés spécialement pour le marché américain.

Sa popularité explosant le groupe trustent les têtes d'affiches des grands festivals des années 90: Monsters Of The Rock etc.

En 1990, le groupe est dissout puis se reforme sporadiquement en 1994 puis 1997 avant d'entamer une nouvelle ère en 2002.

A noter que Ian Paice, Steve Vai, Cozy Powell, Guy Pratt, Don Airey ou encore Vivian Campbell ont un jour intégré le staff de Whitesnake.

En 2016, le groupe entame un Greatest Hits Tour qui a tout d'une tournée d'adieu.

Compte-rendu de concert
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également