↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

The Beach Boys


Pop Rock (surf pop 60's)

Membres :
Brian Wilson (Basse, Chant)
Carl Wilson (Guitare)
Dennis Wilson (Batterie)
Mike love (Saxophone)
Al Jardine (Guitare)

Sites :
Site Officiel
Site officiel de Brian Wilson
The Beach Boys est un groupe de rock / surf pop américain formé en 1961 à Los Angeles par les trois frères Wilson, leur cousin Mike Love et leur voisin Al Jardine. Très rapidement, la formation devient le groupe américain le plus populaire des années 60, seul capable de tenir la dragée haute aux Beatles. Si leurs grands succès commerciaux sont représentés par les albums All Summer Long et Today!, c'est véritablement le cultissime Pet Sounds qui leur permet d'assoir leur crédibilité artistique en devenant l'album le plus récompensé par les critiques. A partir des années 70 et suite aux troubles mentaux de Brian Wilson, les Beach Boys vont connaitre un long déclin, sporadiquement redressé par des ventes de best-of tonitruantes et quelques hits (dont "Kokomo", n°1 des ventes de singles en 1988). A ce jour, si l'on cumule le nombre d'albums, de singles et de best-of, les Beach Boys est le groupe américain ayant vendu le plus de disques.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également