↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Festival de Dour 2008


"L'évènement de cet été 2008, c'était évidemment les vingt ans du festival de Dour. Afin de répondre à la forte demande des inconditionnels, les organisateurs ont tout mis en oeuvre pour satisfaire les nombreux fidèles de ce rendez-vous annuel hors-normes. Suite à la véritable invasion qu'avait subie, l'année dernière, la Plaine de la Machine à Feu, menée dès le mercredi par les festivaliers-campeurs, le festival de Dour a concocté une énorme surprise pour remercier sa clientèle. En effet, l'accès au site et en particulier au gigantesque marché ainsi qu'à la plus grande scène, la Last Arena, a été autorisé un jour avant l'ouverture officielle de cette vingtième édition. Le ruban fût coupé le mercredi 16 juillet 2008 à 19h20 précises. Aussitôt, la fête démarra et la foule s'enflamma au son du DJ SET de Showstar Bastad qui passa entre-autres le mythique "I Wanna Be Your Dog", ainsi qu'un enchaînement du "Killing in the Name" des récents reformés Rage Against The Machine, avec le "Smells Like Teen Spirit" de Nirvana. Quoi de meilleur pour s'ouvrir l'appétit ! D'ailleurs les frites sont excellentes en Belgique ! Deuxième cadeau, peu avant 22h00, c'est Björn Again (The ultimate Abba tribute band) qui monta sur la plus grande scène de Dour pour un show de reprises, ambiance disco décontractée. Les chansons "Waterloo" ou "Gimme! Gimme! Gimme! (A Man After Midnight)" ont été interprétées pour un concert spécial qui enchanta à merveille les 20 000 campeurs déjà présents. En guise de dernière surprise de cette première des « cinq » journées du vingtième anniversaire de Dour, les adeptes ont eu droit à un show de Princess Superstar qui transforma la Last Arena en dancefloor survolté grâce à des mix du "Thriller" de Mickaël Jackson ou du "Meeter of the Love Parade" de Da Hool. Sans forcément privilégier l'atout artistique (qui pourtant fait sa force), le festival de Dour a préféré offrir aux festivaliers une soirée supplémentaire de fête. Histoire de se défouler avant les performances attendues de The Raveonettes, Brian Jonestown Massacre, Heavy Trash, Foals, The Notwist, Woven Hand, Syd Matters, Why?, Battles, Oxbow, Meat Puppets, Earth, Tortoise, Zu Vs Dälek, Asva, The Incredible Punish Yourself Pictures Show, Dub Trio, Ez3kiel, Steak Number Eight, Future of the Left, Casey, Ice Cube ainsi que le retour du Wu-Tang Clan pour la deuxième année consécutive. Faut-il encore vous précisez qu'avec ses 200 concerts annoncés, ses 6 scènes ouvertes de 12h00 à 5h00 du matin pendant 4 jours, mais aussi grâce à son éclectisme musical, le festival de Dour est un concept unique et surtout le berceau de la musique indépendante."
Lee, le 11/08/2008
L'évènement de cet été 2008, c'était évidemment les vingt ans du festival de Dour. Afin de répondre à la forte demande des inconditionnels, les organisateurs ont tout mis en oeuvre pour satisfaire les nombreux fidèles de ce rendez-vous annuel hors-normes. Suite à la véritable invasion qu'avait subie, l'année dernière, la Plaine de la Machine à Feu, menée dès le mercredi par les festivaliers-campeurs, le festival de Dour a concocté une énorme surprise pour remercier sa clientèle. En effet, l'accès au site et en particulier au gigantesque marché ainsi qu'à la plus grande scène, la Last Arena, a été autorisé un jour avant l'ouverture officielle de cette vingtième édition. Le ruban fût coupé le mercredi 16 juillet 2008 à 19h20 précises. Aussitôt, la fête démarra et la foule s'enflamma au son du DJ SET de Showstar Bastad qui passa entre-autres le mythique "I Wanna Be Your Dog", ainsi qu'un enchaînement du "Killing in the Name" des récents reformés Rage Against The Machine, avec le "Smells Like Teen Spirit" de Nirvana. Quoi de meilleur pour s'ouvrir l'appétit ! D'ailleurs les frites sont excellentes en Belgique ! Deuxième cadeau, peu avant 22h00, c'est Björn Again (The ultimate Abba tribute band) qui monta sur la plus grande scène de Dour pour un show de reprises, ambiance disco décontractée. Les chansons "Waterloo" ou "Gimme! Gimme! Gimme! (A Man After Midnight)" ont été interprétées pour un concert spécial qui enchanta à merveille les 20 000 campeurs déjà présents. En guise de dernière surprise de cette première des « cinq » journées du vingtième anniversaire de Dour, les adeptes ont eu droit à un show de Princess Superstar qui transforma la Last Arena en dancefloor survolté grâce à des mix du "Thriller" de Mickaël Jackson ou du "Meeter of the Love Parade" de Da Hool. Sans forcément privilégier l'atout artistique (qui pourtant fait sa force), le festival de Dour a préféré offrir aux festivaliers une soirée supplémentaire de fête. Histoire de se défouler avant les performances attendues de The Raveonettes, Brian Jonestown Massacre, Heavy Trash, Foals, The Notwist, Woven Hand, Syd Matters, Why?, Battles, Oxbow, Meat Puppets, Earth, Tortoise, Zu Vs Dälek, Asva, The Incredible Punish Yourself Pictures Show, Dub Trio, Ez3kiel, Steak Number Eight, Future of the Left, Casey, Ice Cube ainsi que le retour du Wu-Tang Clan pour la deuxième année consécutive. Faut-il encore vous précisez qu'avec ses 200 concerts annoncés, ses 6 scènes ouvertes de 12h00 à 5h00 du matin pendant 4 jours, mais aussi grâce à son éclectisme musical, le festival de Dour est un concept unique et surtout le berceau de la musique indépendante.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également