↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

The Shaking Heads


Date : 23/01/2008
Salle : Le Cri De La Mouette (Toulouse)
Première partie : Fake It
Jerome, le 27/01/2008
( mots)
En ce début d'année frivole, il était grand temps de retourner faire un tour dans cette fameuse péniche toulousaine, passage obligé d'un bon nombre de groupes en devenir. Et une fois n'est pas coutume, le fameux "Jeudi Du Rock" a tout l'air de s'être déroulé exceptionnellement... un mercredi. Bof, pas bien grave au fond.

L'habitude est vite prise quand on fréquente cette salle atypique. Arrivée sur le coup des 22h, on franchit la porte et on descend doucement à l'intérieur du bateau. Une fois en bas, bâbord toute pour le ravitaillement. Histoire de se sentir un peu moins seul en attendant la montée sur scène du premier groupe. Et c'est à Fake It que revient la tâche de mettre en jambe l'auditoire. Guitares en avant, riffs tranchants et voix éraillée peut-être un peu trop en retrait, le groupe évolue dans un registre grunge pas inintéressant. Il leur manque finalement juste un peu d'entrain, ou un public un peu plus réceptif, pour réussir leur prestation. Mais leur sortie sur "You Know You're Right" de Nirvana ne peut néanmoins que relever l'ensemble du set en le terminant sur une bonne note.

Le temps d'égaliser les niveaux et c'est aux acteurs principaux de la soirée de fouler les planches. Et si le groupe précédent semblait légèrement impressionné par cette péniche à moitié pleine, les quatre protagonistes de The Shaking Heads s'avouent nettement plus à l'aise pour secouer les têtes. Presque en terrain conquis, et la petite taille de l'espace leur étant allouée ne semblant en rien freiner leurs ardeurs. Versant dans un garage rock pêchu aux accents 50's, le groupe enchaîne les titres sans aucun temps mort, en profitant même pour se lancer dans quelques reprises (notamment un très énergique "Sleep Now In The Fire" des Rage Against The Machine). On sent du Arctic Monkeys ou du The Hives dans leurs titres et dans l'énergie qu'ils dégagent, et on reste scotché devant l'aplomb et l'assurance du groupe, sentant même un certain charisme se dégageant de Sam. Surtout quand celui-ci n'hésite pas à se mêler au public pour tenter de les faire reprendre en chœur le refrain de leur tube en puissance. Et quand le concert arrive à son terme, on reste surtout persuadé de l'énorme potentiel de ces quatre-là et des morceaux qui ont défilé au cours de la soirée ("Let Me Out Of Here", "Waiting For A Girl", Take Here For A Ride"...).

Ce qui est sûr, c'est qu'il ne faudra pas patienter très longtemps pour entendre parler de The Shaking Heads. En attendant, on en profite pour repartir avec leur premier EP (Remember The Name...), histoire de pouvoir se vanter, dans quelques temps, que nous, les Shaking Heads, on les connaît et on les suit depuis le début. A l'époque où ils mettaient le feu à des péniches.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également