↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Sophie Hunger


Date : 18/11/2009
Salle : L'Astrolabe (Orléans)
Première partie : Yeti Lane
Geoffrey, le 04/01/2010
( mots)
C’était une sorte de concert surprise. Celui où l’on va sans savoir que qu’on va y voir. Parce que la curiosité nous a piqué à vif en voyant se nom venu d’un pays ou seuls les cors et les lalalaïtou semblent représenter la musique locale. La Suisse, d’où, finalement, nous vient ce petit bout de femme d’un peu plus de 26 ans, dressée là, au milieu de la scène de l’Astrolabe à Orléans, autour de laquelle apparait un quatuor de musiciens. Formation jazz, guitare, basse, batterie, cuivres et piano, l’ambiance est à la sobriété, sur une scène presque en noir et blanc, entre la froideur d’une pénombre omniprésente, et la chaleur d’une intimité telle que nous l’inspire Sophie Hunger …

Et c’est seule que Sophie Hunger avance dans la lumière pour présenter son univers tiré de ses deux albums en interprétant "Die Fahrende" à un parterre clairsemé de trentenaires, auditeurs types de France Inter. A capela et en allemand, la zurichoise capte l’attention dans une envolée lyrique presque solennelle et religieuse, rajoutant à la proximité avec le public que peut inspirer ce titre, une certaine musicalité et, finalement, une grande fluidité dans cette langue consonantique, surprenant une oreille peu habituée à cette racine germanique. Mais la magie opère, et voilà en quelques instants le public, certes conquis d’avance, conquis à nouveau …

Mais c’est en anglais, et à la guitare, que Sophie Hunger, plutôt réservée avec son public, continue à s’exprimer, avec "Shape", le titre d’ouverture de son dernier album Monday’s ghost. Accompagnée ici de ses musiciens, tous semblent prendre plaisir à jouer ensemble, augmentant de plusieurs degrés la température de l’Astrolabe, et celle du public par la même occasion, qu’ils accueillent dans leur jeu de regard, pour partager avec lui ce plaisir. Et Sophie Hunger distribue à tout va une pop fraiche et efficace, teintée de jazz, de blues, de folk ou encore de rock. Sur "Drainpipe", la jeune femme, accompagnée au piano et au trombone, montre ses talents de vocaliste, capable d’énervement dans la mesure, et dans la justesse, comme pour éviter de trop brusquer, de trop se détacher de cette ambiance assez sombre, à l’aise dans sa petite robe noire. Ainsi, pendant tout le début du set, la chanteuse communique peu. Toujours discrète entre chaque morceau, la suissesse daigne enfin parler au public plus longtemps, dans un français approximatif presque émouvant de fraîcheur et d’innocence, et raconte, avec cynisme, sa rencontre avec une indigente aperçue en Europe de l’est qui tenait deux révolvers. Une scène qui a inspiré le non-moins cynique "Mr Shades".

Cette discrétion, Sophie Hunger la porte tout au long de son set, pendant lequel elle va alterner entre chansons calmes et plus rythmées, en anglais ou en allemand, jusqu’à une fabuleuse reprise du titre "Le vent nous portera" de Noir Désir, en français, donc. L’adaptation d’un titre très célèbre qui capte toujours un public sous le charme de la magie noire opérée par l’orchestration mélancolique de Sophie Hunger et de ses musiciens. Après deux rappels, et deux titres successivement de l’ancien et du nouveau répertoire de la suissesse, c’est "Like a Rolling Stone" de Bob Dylan que le quintet réinterprète, dans le respect quasiment absolu de sa forme initiale, en gardant l’esprit rock et folk du titre quadragénaire.

Et lorsque sonne la fin du concert, le groupe s’avance pour chuchoter un morceau, en acoustique, chaque membre assis sur le rebord de la scène, avec ou sans instrument. Une immersion du groupe au cœur de son public, du public au cœur du groupe, une osmose parfaite, pour dire au revoir presque individuellement à chacune des personnes présentes pour applaudir avec ferveur une dernière fois Sophie Hunger, autant qu’elle l'a mérité ce soir là ...

Set-list :

Die Fahrende
Shape
Drainpipes
House of gods
Mr Shades
Boat is full
Walzer für niemand
Musician
Round and round
City lights
Le vent nous portera
Rise and fall
----
Hotel Belfort
Monkeys
----
Like a Rolling Stone
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également