↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Alexis HK


Date : 03/12/2003
Salle : Bataclan (Paris)
Première partie :
Tonio, le 03/12/2003
( mots)
Alexis HK fait parti de cette vague de la nouvelle scène française, vous avez d'ailleurs sans doute dû entendre ou voir le clip de "C'que t'es belle". C'est donc au Bataclan que l'on retrouve ce jeune groupe, dans un cadre leur correspondant bien. Déjà, surprise, ce sont des places assises, et ça peut paraître un détail mais je n'ai pas souvent l'habitude d'être assis à un concert, sauf chez ce cher nanard Lenoir. :) D'ailleurs, je ne pensais pas que cet artiste était aussi connu, une queue énorme à l'entrée du Bataclan le prouve et, une fois rentré, tous les sièges sont pris d'assaut... bref, tout le monde s'est passé le mot : c'est un groupe à voir ! En première partie, nous avons eu le droit à Marianne Farouch' Band, une amie d'enfance d'Alexis HK (ils ont fait du tennis de table en colo ensemble, le tennis de table est d'ailleurs un élément important chez Alexis, enfin j'y reviendrai plus tard). Donc, en ce qui concerne cette jeune artiste, ses chansons sont des chansons à texte avec chacune leur univers particulier, et sa voix est très très proche de celle de Camille, je pensais même qu'il s'agissait de cette artiste au début. Enfin voilà, une dernière chanson en duo avec Alexis HK me laissera une bonne impression d'elle. Une voix douce et des histoires où on se laisse porter, sans souci. Quelques minutes plus tard commence le concert d'Alexis HK. Et là, surprise, une table de tennis de table se tient au milieu de la scène et les instruments sont encore sous les bâches. En voix off, Alexis HK explique le jeu et dit qu'un match en 11 points gagnants va se dérouler sous nos yeux. Tout le monde rigole, on se doute bien qu'ils ne vont pas jouer un match en 11 points.... et puis en fait si !!! C'est concept mais c'est drôle, ils sont vraiment pris par le jeu (ce sont deux musiciens d'Alexis HK qui jouent) et pour avoir fait un peu de tennis de table (pas du ping pong ;)), ils se débrouillent plutôt bien !! Bref, ça donne une très bonne ambiance, on applaudit à chaque point marqué, c'est excellent de voir un match de tennis de table en fait. Le match terminé, les assistants préparent le matos, les musiciens et Alexis HK arrivent. Ils sont habillés très classe, tout de noir vêtus, et le concert commence. Ne connaissant pas trop les chansons avant ce concert, je fus agréablement surpris, déjà il a une belle voix grave, les instruments utilisés sont variés, on passe de la flûte, à l'accordéon, aux percus, bref ils sont forts musicalement. Ce sont encore des chansons à texte parlant de personnages loufoques, un nain volant, un ringard, Mitch le catcheur (excellente chanson), un méchant bambin... Bref un univers particulier dans lequel on rentre, on s'amuse, tout cela servi avec des mélodies tendres et douces. De plus, Alexis HK sait rester spontané, il communique beaucoup, fait semblant de faire sa vieille star à la guitare, bref énormément d'humour. Un live avec plein de surprises et de rebondissements. Pour preuve, il n'y a eu pas moins de 3 rappels avec standing ovations. Voilà un nouveau compositeur francais, dans la lignée des Bénabar, Vincent Delerm, qui est à suivre de très près avec en plus un vrai talent scénique.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également