↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Chronique Livre

Ados sous acide


Editions Harper Collins. 20 €.

"La vie de Flea, avant la création des Red Hot Chili Peppers"
Maxime L, le 12/12/2021
( mots)

Peut on spoiler une autobiographie ?

Si cette idée vous pose problème, alors je vous conseille d'arrêter ici la lecture de cette chronique. Pour les autres, qui souhaiteraient lire cet "Ados Sous Acide", je leur conseillerais plutôt d'attendre le tome 2.

A moins que cela ne soit du pur second degré (ce qui n'est pas totalement exclu), mais l'autobiographie de Flea se termine sur un chapitre : "A ne pas rater, Flea volume 2!", avec en guise d'amuse-bouches des questions du genre "Flea apprendra t il à se fier à l'amour ?" ou "Dieu existe t il ?"

Des questions, dont les réponses sembleraient sans doute plus intéressantes que les 370 pages de cette première autobiographie du mythique bassiste des Red Hot Chili Peppers. Bien sûr, on y apprend pas mal de choses : sur son enfance, son déracinement vers la New-York, la séparation d'avec son père resté dans son Australie natale et son éveil à la musique jazz grâce à un beau-père contrebassiste et une rencontre impromptue avec Dizzy Gillespie.

Le livre couvre toute la vie de Michael Balzary (vrai nom de Flea pour les 2 du fond qui dorment), gamin hyper actif et pas toujours bien dans sa peau, jusqu'à la genèse d'un groupe qui n'est pas encore les Red Hot Chili Peppers.

Mais l'ensemble est bien souvent très bavard, via de nombreux chapitres, très courts, et dont un grand nombre n'apporte finalement pas grand chose au récit. On y croise une tripotée de "grands noms" (souvent le petit plaisir de ce genre d'ouvrages) : de Slash à Alain Johannes, en passant par Laurence Fishburne ou Jean-Michel Basquiat. Il y est question de musique, un peu, de drogues, beaucoup, dont Flea fût un "expérimentateur déchaîné, incontrôlable et mal avisé" et qui comme souvent voit en ce livre une façon de faire son mea culpa ainsi qu'une mise en garde sur les ravages que la came peut engendrer. On découvre d'ailleurs que ce sont justement les livres qui l'ont peut être sauvé des potentielles addictions :

"Au milieu de toute cette folie, je n'ai jamais cessé de lire. La bonne littérature est peut-être bien ce qui m'a empêché de bascule par-dessus bord, de virer junkie ou de me cramer complètement cervelle. La raison, l'aide morale et la stimulation intellectuelle que je trouvais dans les livres ont été cruciales pour ma perception de moi-même".

Si l'on s'ennuie par moments, "Ados sous acide" est en revanche une véritable déclaration d'amitié, extrêmement touchante envers son complice de toujours :

"Des profondeurs de la fraternité dans ma vie a jailli Anthony Kiedis, le chainon manquant, celui que je n'avais jamais envisagé".

On comprend assez vite l'importance capitale de Kiedis dans la vie de Michael Balzary, sur le plan musical bien sûr (même si peu abordé dans le livre) mais surtout sur le plan humain, au travers d'histoires et anecdotes un peu dingues, parfois dangereuses ou complètement farfelues. Mais on reste globalement sur notre faim, les passages les plus saisissant étant souvent ceux racontés en flash-forward (comme la disparition d'Hillel Slovak), et à ce titre, on peut regretter que le Tome 2 ne soit pas déjà disponible. Si Tome 2 il y a un jour bien sûr.

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/0f8bcf4e9ea7de3ac6519c0679a4fb84/web/chronique.php on line 71
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également