↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Yes


Tales From Topographic Oceans


(07/12/1973 - Atlantic - Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- The Revealing Science Of God / 2- The Remembering
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (56 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Aux excès du rock progressif, les auditeurs reconnaissants"
François, le 19/02/2023
( mots)

On a souvent raconté l’histoire du rock progressif de manière dialectique : le genre a percé grâce à son ambition de dépasser les frontières des musiques populaires, en matière de durée, de virtuosité, d’instrumentation ou d’hybridation des styles, mais il aurait également chuté à cause de ses excès dans cette démarche. Un syndrome d’Icare, qui s’envole haut pour mieux chuter à cause de l’hybris qui lui avait pourtant donné des ailes. Le pub-rock d’abord, puis le punk, et enfin la lente et quasi disparition (associée à des compromissions avec les 80’s plus FM), achevèrent un genre qui avait brillé durant les 70’s - principalement dans la première moitié de cette décennie.


Dans ce récit, Tales from Topographic Oceans figure au rang des symptômes les plus sensibles de la démesure progressive, au même titre peut-être que Brain Salad Surgery d’ELP, sorti la même année. Tout d’abord parce que l’album est le produit d’un des groupes les plus emblématiques du rock progressif, qui avait l’année précédente posé un jalon voire même un aboutissement au genre avec Close to the Edge. Ensuite parce qu’il s’organise autour de l'interprétation musicale d’un thème ésotérique, plus précisément le parcours spirituel du yogi Paramahansa Yogananda, ce qui façonne une première couche hermétique au propos. Enfin, et c’est sûrement le point le plus important, parce que l’opus est non seulement très long (il s’agit d’un double-album de plus d’une heure vingt) et que les pièces en son sein sont toutes d’une durée imposante (quatre titres autour des vingt minutes, un par face) à la composition alambiquée. Le départ de Bruford, remplacé par Alan White à la batterie, ne rogne donc en rien l’ambition de Yes, bien au contraire.


Le courant des profondeurs sous-marines accueille l’auditeur sur "The Revealing Science of God (Dance of the Dawn)", comme un écho à la magnifique pochette de nouveau illustrée par Roger Dean. Du premier mouvement atmosphérique, on bascule vers quelque chose de plus symphonique, d’abord favorisé par le chant rythmé, puis par des claviers plus ampoulés, même si la progression demeure soutenue jusqu’au pont de 8’30 plus agressif (avec des lignes de guitare virtuoses). Globalement, le titre comporte toutes les caractéristiques yessiennes, c’est-à-dire tous les gimmicks des différents musiciens dont on reconnait immédiatement la patte, et illustre la critique que l’on a pu prononcer à l’encontre de cet album : dans sa longueur, il passe parfois d’une partie à l’autre sans forcément être ni toujours cohérent, ni toujours pertinent. En ce qui concerne ce premier morceau, le seul moment vraiment génial est selon nous sa dernière partie (qui commence après 15’, quand arrive la flute), le reste demeure du Yes déjà convenu …


Sans la pertinence d’un "Close to the Edge", enthousiasmant de bout en bout malgré sa durée, on devra donc supporter un peu d’ennui – mais est-ce vraiment un mal ?, et choisir les moments qui nous paraissent les plus sensationnels. Il faut avouer par exemple, que le planant "The Remembering (High the Memory)", sans être mauvais, a tendance à manquer d’aspérités, et ne sort l’auditeur de son repos que lors de trop rares moments – encore une fois, le final s’avère être le passage le plus réussi.


Etonnamment, Tales from Topographic Oceans est bien plus convaincant dans sa seconde partie, comme s’il exigeait de l’auditeur qu’il accepte de naviguer dans les eaux calmes des océans topographiques pendant quarante minutes avant de vivre des sensations plus fortes. Ainsi, l’ambiance extrême-orientale tribale, expérimentale et organique à la Jade Warrior en introduction de "The Ancient (Giants of the Sun)" est absolument remarquable, quand son registre progressif symphonique est réalisé avec talent, associant certaines raideurs crimsonniennes en contraste avec les envolées lumineuses typiques du groupe. Il s’agit à la fois du titre le plus difficile d’accès, et le mieux composé, d’une belle cohérence du début à la fin (même si le contraste avec la dernière partie plus acoustique est un peu brutal, quoique bien amené et garni d’interventions géniales à la guitare classique). Enfin, l’auditeur francophone ne résistera pas à "Ritual (Nous sommes du Soleil)", qui alterne en introduction des plans très hétérogènes comme un patchwork, puis incarne son titre en un rituel orchestré par Anderson avec un chant intense, avant de laisser les musiciens témoigner de leur virtuosité et de leurs velléités expérimentales. En affirmant que "Nous sommes du Soleil", la symphonie de l’ancien monde sous-marin peut s’achever sur des notes d’espoir mystiques.


En 1973, le rock progressif vit encore son âge d’or, et c’est après 1974 qu’un premier essoufflement se fit sentir, une perte de vitesse qui aboutit à sa quasi disparition dans les années 1980. Tales from Topographic Oceans est donc loin d’être un chant du cygne ; c’est au contraire le manifeste triomphal de musiciens au sommet de leur art et de leur puissance - et ce n’est pas le dernier acte de cette splendeur. Il semble qu’il déplut et déplaira à ceux qui n’aimaient pas le rock progressif et qui se saisirent de son jusqu’au-boutisme pour illustrer leurs discours pamphlétaires, et qu’il sera apprécié, avec plus ou moins de conviction, par les amateurs du genre. Rien de neuf sous le soleil (que "nous sommes") donc … ni sous l’océan.


A écouter : "The Ancient (Giants of the Sun)", "Ritual (Nous sommes du Soleil)"

Commentaires
Johann14, le 18/07/2023 à 01:32
Tour à fait dac avec " Yessongs" très très bon album même s il est un peu long et les 2 meilleurs sont pour moi bien sûr ritual et the revealing science of god .Comme album , je préfère aussi "Close to the edge, relayer et fragile : des chefs d oeuvre ; mais yes album , tormato, drama, et bien sur going for the one sont très bons. Union, Keys to ... aussi et enfin the ladder et magnification sont les derniers bons album , le reste !! Sont très très loin ou parfois de bons morceaux de prog mais indigne de Yes . Mais tous les groupes et artistes ont une apogée et une descente... il y reste cependant pour moi un génial guitariste top 30 de tous les temps...
Yessongs, le 22/02/2023 à 08:38
C’est incontournable, “Close To The Edge“ est le meilleur album de YES avec 3 titres d’une grande richesse dans la composition. La barre était tellement haute pour cet album, qu’il a été impossible pour ces musiciens de créer une autre galette du même niveau. il n’en demeure pas moins que YES a enregistré en studio 5 albums de haute tenu qui sont dans l’orde : “The Yes Album“, “Fragile“, “Close To The Edge“, “Tales From…“, “Relayer“ et 3 albums peut-être moins aboutit, mais avec quelques titres de grande qualité, notamment : “Going For The One“ (Turn Of The Century, Awaken) - “The Ladder“ (It Will Be A Good Day, The Messenger) - “Keystudio“ (Mind Drive) et “Magnification“ (In The Présence Of). j’oubliai, Il faut absolument réécouter les grand albums de YES remixées par le musicien et ingénieur du son Steven Wilson. On en prend plein la tête et ça fait du bien !
Daniel, le 21/02/2023 à 19:50
"Awaken" est mon titre favori de Yes et ça me fait grand plaisir de le voir mentionné ici !
FrancoisAR, le 21/02/2023 à 18:45
Hello @yessongs c’est en effet un album majeur et je pense qu’il a sur toi l’effet du premier album avec lequel on découvre un groupe - qui reste toujours dans le cœur de celui qui l’écoute ! Selon moi, Close to the Edge et Relayer sont bien au dessus, voire même le Yes Album (mais là c’est l’effet premier album qui parle pour moi). Wakeman en solo c’est inégal mais parfois brillant (Henri viii est fabuleux), et son retour fut en effet salutaire. « Awaken » est un bijou !
Yessongs, le 21/02/2023 à 18:10
C’est avec cet excellent album, très joliment illustré (une oeuvre d’art), que je suis tombé dans l’univers de YES. J’ai pris une grosse claque émotionnelle car je n’avais jamais entendu pareil musique. 1/2 siècle plus tard la magie opère toujours notamment avec “The Revealing Science of God“, très facile d’accès et extrêmement mélodique, avec en fin de morceau, un superbe solo de Rick Wakeman. Ah, si je pouvais m’ennuyer de la même façon en écoutant certains albums d’autres “artistes“ ! Concernant Wakeman, il me semble (mais ça n’engage que moi), qu’il a compris son erreur en s'éloignant du groupe, puisqu’il a réintégré celui-ci pour l’album “Going For The One“ sortie en 1977 avec 2 pièces magnifiques que sont “Turn Of The Century“ et “Awaken“, mais ceci est une autre histoire. Pour conclure, je place “Tales From Topographic Oceans“ comme un album majeur dans la sphère progressive.
Daniel, le 19/02/2023 à 14:57
J'apprécie les termes "on devra donc supporter un peu d'ennui" (la quantité étant fonction des goûts de chacun). Rick Wakeman a dit la même chose au sujet de cette musique trop complexe qu'il n'a pas appréciée et dans laquelle "il ne se retrouvait pas". Il quittera le groupe peu après l'enregistrement de l'album. Ceci dit, parmi les moments qui flirtent avec des profondeurs excessives, il y a des instants de magie pure. L'ennui étant un luxe qui permet au cerveau de se régénérer, je m'en vais réécouter paisiblement les quatre faces du double album.
venas, le 21/08/2020 à 19:11
j'ai découvert Yes avec cet album, je ne suis pas remonté à la surface de ces océansvenas depuis.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Yes


Mirror To The Sky


Critique d'album

Yes


The Quest


Critique d'album

Yes


Relayer


Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également
Compte-rendu de concert