↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Victorian English Gentlemens Club


The Victorian English Gentlemens Club


(28/08/2006 - - Artrock / postpunk - Genre : Rock)
Produit par

1- Tales Of Hermit Mark / 2- Stupid As Wood / 3- My Son Spells Backwards / 4- Impossible Sightings Over Shelton / 5- Such A Chore / 6- Dead Anyway / 7- Ban The Gin / 8- Amateur Man / 9- Hundred Years Of The Street / 10- Under The Yews / 11- Cannonball
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Le premier album d'un trio atypique et joyeusement bordélique"
Margaux, le 22/12/2008
( mots)

The Victorian English Gentlemens Club ont un nom compliqué et difficile à retenir… Surtout que le groupe ne compte qu’un seul homme pour deux filles, et qu'elles ne sont pas là pour faire les potiches. Comme leur nom, leur musique est caractérisée par l'absurde, entre pop, post-punk et artrock, où tous les instruments semblent être placés au même niveau. Ils se la jouent quelque peu arty sur la pochette, dans leurs vêtements ; et d’ailleurs ils se sont rencontrés à l’université dans le département des Arts. Mais dès que les chansons se font entendre, tout bagage snob est jeté à la mer pour laisser la place à une pop/punk sale et jouissive.

Les VEGC font indéniablement penser aux Pixies dès le premier morceau ("Tales of Hermit Mark"), assumant l’influence jusqu’à appeler une de leurs chansons "Cannonball". Le disque est jalonné de cris d’Indiens siphonnés, de hululements étranglés sur fond de rythmes spasmodiques. (l'étonnant "Ban the Gin", ou "A Hundred Years"). Et ils ne peuvent s’empêcher de placer à un moment ou à un autre des chœurs incongrus mais étonnamment efficaces, parvenant à transformer une chanson aux abords groovy et flegmatique en pop tarée ("Amateur Man") ou l'habillant pour la rendre plus singulière ("Such a Chore"). "Stupid as Wood" est dissonante à souhait avec sa basse ronflante et omniprésente, ses riffs qui tuent et rappellent les B-52's, sa voix masculine sur le fil, coupée en un canon hasardeux par les mots de la bassiste.

La musique des Victorian English Gentlemens Club n'est parfois pas dans le ton, la plupart des chansons se barrent violemment en sucette dans le chaos d’un post-punk bordélique. Tous les ingrédients de l’insupportable sont réunis. Mais bizarrement, c’est bon.

Si vous aimez The Victorian English Gentlemens Club, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également