↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Cure


4:13


(27/10/2008 - Suretone Records - - Genre : Rock)
Produit par Robert Smith, Keith Uddin

1- Underneath the Stars / 2- The Only One / 3- The Reasons Why / 4- Freakshow / 5- Sirensong / 6- The Real Snow White / 7- The Hungry Ghost / 8- Switch / 9- The Perfect Boy / 10- This. Here and Now. With You / 11- Sleep When I'm Dead / 12- The Scream / 13- It's Over
Note de 3.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"La dernière galette parue à ce jour, sans être un best-of est un recueil des meilleures recettes des Cure."
Stéphane, le 21/06/2021
( mots)

2005, Robert Smith, seul membre originel encore présent dans cette formation britannique qu'est The Cure, se dit qu'il est temps pour lui de remanier son groupe. L'objet de ce remaniement est de revenir à une forme de power trio, permettant une simplicité des compositions, faisant ainsi ressortir le coté pop. Ce sont Roger O'Donnell et Perry Bamonte qui font les frais de cette lubie de Mr Smith. Mais n'étant plus à une contradiction près le voilà qui rappelle Porl Thompson. Cet homme de l'ombre a souvent été la variable d'ajustement des Cure, il a joué dans Malice, a participé à beaucoup des albums du groupe, a fait le musicien scénique, et a fait partie intégrante du groupe. Il faut dire qu'il est facilement joignable, il est marié à la soeur de Robert Smith, et sa propre soeur s'est unie à Simon Gallup. C'est donc à 4 qu'ils entament une tournée pour présenter un album qui sortira d'une manière assez originale.


Nous sommes en 2008, et le 13 de chaque mois, sort un single de cet album à partir de Mai. L'accueil des singles par les fans et le public est plutôt bon, les critiques sont quand à elles mitigées. Les références spécialisées trouvant le résultat décevant, alors que d'autres plus généralistes trouveront le résultat surprenant dans le bon sens du terme. Mais quel crédit apporter à des critiques qui avaient jugé après avoir écouté Three Imaginary Boys que The Cure serait un groupe qui n'irait jamais plus loin que ce premier album...


4:13 Dream est l'album qu'on n'attendait plus d'un groupe qui, 30 ans après ses débuts continue de nous chatouiller les oreilles. La plume de Robert Smith n'explore pas de nouveau registre, elle continue à nous conduire vers les méandres de l'esprit humain, le bonheur, la tristesse, les larmes, les besoins, les envies... le tout dans un contexte d'urbanisme sociophage, sous les yeux bienveillants d'une lune et de ses étoiles, où se perdent les âmes des pauvres ères. Soyons clair le cocktail à la sauce The Cure n'a pas évolué depuis 30 ans mais c'est une des raisons pour lesquelles ce groupe nous touche autant.


"Switch" fait partie de ces titres très rock, très urbains où la boite à rythme simule les battements cardiaques. Les dissonances de guitare rappellent "Fascination Street", la voix haletante de Smith nous ramène vers cette sensation de perte de repères, de course en avant. "Switch" sans être d'un tempo élevé, donne cette impression d'une chanson où l'on se fatigue à courir sans savoir où aller. Dans le même genre mais d'une qualité moindre, "It's Over". Ce titre a une très longue introduction comme sait les faire R. Smith. mais les couplets et refrains qui suivent se noient dans un ensemble trop brouillon. "Real Snow White" et son refrain très pop, vient avec des couplets percussifs nous amener sur les traces d'une version alternative de Blanche Neige très éloignée du conte de Perrault.


Cet album s'illustre surtout dans la qualité des morceaux pop. "This, Here, Then And Now With You" nous invite à suivre une ligne de basse vers un refrain calibré pour le chant désespéré de l'échevelé. "Underneath the Stars" introduit l'album avec une intro parfaite, si parfaite qu'il est impossible de la zapper. Les guitares lascives viennent caresser les toms de batteries et les chimes. Il est difficile de ne pas penser au titre "Woman In Chains" de Tears For Fears, mais le résultat de ce titre stellaire nous fait oublier toute offense, et si influence il y a, c'est plutôt un hommage auquel on assiste. En parlant d'hommage, il est difficile de ne pas penser à New Order en écoutant l'intro de "Reasons Why", le reste du morceau rappelle à nos oreilles quel est le groupe qui joue. En vraie ballade de bord de mer, "Sirensong" nous laisse un verre à la main, admirer les rayons du soleil qui font briller la mer à l'horizon.


Les morceaux les plus dynamiques de la galette sont "The Only One", un espèce de "Friday In Love", rappelant que tous les morceaux de The Cure ne sont pas forcément déprimants. Le travail de composition est intéressant et amène une fraicheur à l'album. Sur "Freakshow", on retourne au milieu des années 80 sans passer par la case départ, autant dire qu'on ne prend pas les 20 000 et qu'on se retrouve avec une coupe de cheveux taillée par le talent d'Edward the Scissorhands. Ce titre aussi curieux soit-il est une véritable machine à remonter le temps, amusant. "Sleep When I'm Dead" n'est pas un grand morceau, mais il a le mérite d'être original.


Par contre, celui qui se démarque par sa simplicité créatrice, et amène l'originalité qu'il nous manquait est "Hungry Ghost", tout est calibré pour donner un titre exceptionnel, la voix de Smith, les guitares bourrées d'échos. Si vous ne devez en écouter qu'un c'est celui-là que je vous conseille.


Mais si vous arrêtez là votre exploration de cet album, soyez conscients que vous passerez à côté d'un album qui regroupe tout ce qui a fait que The Cure est un super groupe. Celui qui était prévu pour un double album, celui qui a mis un terme au contrat avec Geffen met l'eau à la bouche de ceux qui l'ont écouté et réécouté. La dernière galette parue à ce jour, sans être un best-of est un recueil des meilleures recettes des Cure.


A écouter sans modération.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

The Cure


Critique d'album

The Cure


Bloodflowers


Critique d'album

The Cure


Disintegration


Critique d'album

The Cure


The Head on the Door


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également