↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Suuns


Zeroes QC


(15/10/2010 - Secretly Canadian - Electro-rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Armed For Peace / 2- Gaze / 3- arena / 4- Pie IX / 5- Marauder / 6- Sweet Nothing / 7- Up Past The Nursery / 8- PVC / 9- Fear / 10- Organ Blues
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"L'électro et l'indie rock nous grisent de noirceur sous les coups de Suuns !"
Marc, le 19/03/2011
( mots)

La ville de Montréal a certaines particularités que l'on ne peut ignorer. Connue pour ses grands écarts de températures et son melting pot ethnique elle est aussi en passe d'être mondialement reconnue musicalement grâce à la qualité de ses groupes locaux. Si Arcade Fire est toujours son porte drapeau, depuis quelques temps déjà d'autres formations viennent régulièrement titiller nos tympans avides de sons nouveaux. Après la révélation Beast, les Suuns ont à leur tour débarqué à l'automne dernier pour nous darder de flagrants plaisirs. 

Pour mieux les situer d'emblée, ces quatre Québecois naviguent et se faufilent entre l'électro, la techno et l'indie-rock avec une facilité assez déconcertante. Zeroes QC, leur premier album, produit par Jace Lasek, le leader de The Besnard Lakes, recèle une foule d'ambiances mises en branle avec des gimmicks synthétiques transpercés par-ci, par-là, de guitares acérées. Sous l'apparence d'un univers sombre et expérimental, ce psychédélisme d'un genre original fait naître des harmonies que le chant susurré de Ben Shemie insuffle à notre insu. Ce sens de la noirceur est insidieusement amorcé par des beats hypnotiques et magistralement contrebalancé par une mélodie pop appuyée de riffs distordus dans le morceau d'ouverture : "Armed For Peace". Il synthétise l'album à plus d'un titre où toutes les qualités inventives de ces Canadiens y sont rassemblées. Sous le choc après cette entrée en matière, certains autres morceaux tentent de soutenir la comparaison en s'aventurant vers d'autres horizons. Comme le shoegaze "Gaze" traversé de sons saxophonés, ou les technoïdes "Arena" et "Pie IX" qui flirtent avec une transe que le futuriste "Sweet Nothing" triture dans tous les sens digitaux et instrumentaux. Le bidouillage sonore se révèle légèrement plus planant avec "Up Past The Nursery" et dansant sous "PVC" alors que "Organ Blues", au tempo tribal, finit de nous laisser dans un état proche de l'austral. 

Entre l'extrême froidure d'un long hiver et les pics de chaleur de l'été, Suuns a entrepris sa petite révolution musicale en mettant nos sens sans dessus dessous avec une précision chirurgicale. Si le rapprochement avec le groupe Clinic est tentant, l'unité dégagée par ces quatre Montréalais nous réconcilie avec le mélange des genres. Avec eux, l'indie rock et l'électro ont bel et bien un avenir en commun. Une ultime preuve pour s'en convaincre ? Leur brillante prestation scénique lors de la dernière session d'hiver à La Route du Rock a été unanimement saluée. Suuns, sous toutes ses latitudes, est sans conteste l'une des révélations de ce début d'année. Son été festivalier s'annonce radieux.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Oct. 2021
30
Sortie d'album

Suuns


The Witness


Studio
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également