↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Omen


Battle Cry


(01/11/1984 - Metal Blade Records - Classic Heavy Metal US - Genre : Hard / Métal)
Produit par Brian Slagel

1- Death Rider / 2- The Axeman / 3- Last Rites / 4- Dragon's Breath / 5- Be My Wench / 6- Battle Cry / 7- Die By The Blade / 8- Prince of Darkness / 9- Bring Out the Beast / 10- In the Arena
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Omen commence sur les chapeaux de roue, et se fait chantre du Heavy américain. "
François, le 18/03/2020
( mots)

Longtemps cachée par le succès exceptionnel du Thrash Metal, la scène américaine du Power Metal (parfois qualifiée d’épique) a retrouvé depuis les années 2000 une nouvelle renommée, et sort un peu de son underground originel. Cirith Ungol, Manilla Road, et Omen sont de plus en plus fréquentables, tout en restant obscurément cultes. Désormais, les formations de la vague revival, de Traveler à Visigoth, en font des références nobles. Il est donc temps de revenir sur l’une d’entre elles, Omen. 


La formation a enfin trouvé ses quartiers de noblesse : rééditions des albums, participation à des festivals (dont le Pyrenean Warriors en France), et nouvelles productions. Le groupe californien a pourtant eu une carrière en dents de scie, et une renommée toute relative, alors que leur discographie n’a pas de quoi les faire rougir. 


Plus encore, leur premier album, Battle Cry (1984), sera même une très belle découverte pour les amateurs du genre. Dans un univers forcément marqué par l’héroïc-fantasy, de la pochette aux titres de morceaux, Omen s’approprie, voire définit, les principes du style. 


A ce titre, on y trouve une des morceaux de choix en série. "The Axeman", titre rendre-dedans et guerrier, est désormais un incontournable du groupe. Introduction à la voix caverneuse (style "The Number of the Beast"), riff de bûcheron, et solo épique sont de la partie. Cette puissance n’a rien de surprenant, puisque l’album s’ouvrait sur l’énorme "Death Rider" et son introduction galopante hyper mélodique. Un classique. 


Ces deux compositions mettent en avant deux grandes qualités d’Omen. Premièrement, des guitaristes très inspirés, avec des chorus très bien interprétés. Le dialogue entre les deux guitares est ainsi rondement déployé sur l’exceptionnel "In The Arena" qui clôt l’album de la meilleure façon possible. Ensuite, le chanteur, J.D. Kimball, est véritablement taillé pour leur musique : une voix puissante et chaude, presque sudiste, capable d’une belle amplitude. Un des plus talentueux de son époque. 


En outre, Battle Cry est un album assez varié, même si tous les titres, assez courts et efficaces, s'intégrent dans un registre bien défini. On passera néanmoins du très speed "Be My Wrench" au riff accrocheur de "Prince of Darkness", quand d’autres morceaux mettent en avant des lignes de guitare sur un riff cavalier. Dans tous les cas, Omen impose déjà son esthétique, bien rodée, et son identité sonore. Quelle meilleure illustration de leur direction musicale que "Battle cry", le titre éponyme, hymne qui saura plaire aux plus exigeants des amateurs du genre ? 


Amoureux de la NWOBHM, du Power Metal ou de la vague épique américaine, sachez qu'Omen est un groupe à votre mesure, et que son premier album est un petit bijou du genre. Foncez, les portes de l’Enfer sont ouvertes, et ça décoiffe.  

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert