↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

NOFX


The Greatest Songs Ever Written (By Us)


(00/00/2004 - Epitath Records - Punk rock californien - Genre : Ska / Punk)
Produit par

1- Dinosaurs Will Die / 2- Linoleum / 3- Bob / 4- The Seperation of Church & Skate / 5- Murder the Government / 6- Bleeding Heart Disease / 7- Bottles to the Ground / 8- 180 Degrees / 9- Party Enema / 10- What's the Matter With Kids Today / 11- Reeko / 12- Stickin' in My Eye / 13- All Outta Angst / 14- Leave It Alone / 15- Green Corn / 16- The Longest Line / 17- Thanks God It's Monday / 18- The Idiots Are Taking Over / 19- Don't Call Me White / 20- Day to Daze / 21- Soul Doubt / 22- Philthy Phil Philantropist / 23- Shut Up Already / 24- It's My Job to Keep Punkrock Elite / 25- Franco Un-American / 26- Kill All The White Man / 27- Wore Out the Soles of My Party Boots
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

NOFX


The War On Errorism


Critique d'album

NOFX


Pump up the Valuum


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également