↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Mona Lisa


Grimaces


(00/00/1975 - Musea - Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- La mauvaise réputation / 2- Brume / 3- Complainte pour un narcisse / 4- Le jardin des illusions / 5- Accroche-toi et suis-moi / 6- Au pays des grimaces / 7- Manèges et chevaux de bois / 8- Manèges Et Chevaux De Bois (Live Version)
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Mona Lisa trouve enfin son identité avec Grimaces, pièce remarquable du rock progressif français"
François, le 25/10/2019
( mots)

Parmi les grandes formations progressives françaises des années 1970, Ange se détache aussi bien par la qualité de ses albums que pour son influence sur l’ensemble de la scène, à travers la théâtralité du chant, la place accordée aux claviers, les thématiques traitées ou encore l’esthétique des pochettes. C'est ainsi que de nombreuses formations sont apparues dans son sillon dont l'une des plus fameuses n'est autre que le groupe orléanais Mona Lisa


Tournant autour du Christian Décamps local, Dominique Le Guennec, la bande avait publié un premier album en 1974, L’Escapade, qui avait les défauts d’un coup d’essai (notamment des longueurs inutiles) tout en étant honorable. Grimaces est donc leur deuxième production, offrant une impression d’univers magico-cosmique avec l’illustration inscrite dans l’esprit du temps et du genre. 


La filiation avec Ange se confirme à travers plusieurs choix esthétiques. Tout d’abord par une reprise de Brassens ("La Mauvaise réputation"), comme un écho aux Belfortains qui reprirent Brel dans Le Cimetière des Arlequins (1973), ici renforcée par une guitare saturée et des claviers spatiaux. Le débat est ouvert sur la pertinence de cette version qui a au moins le mérite de surprendre. Ensuite par l’univers médiéval qui domine sur "Brume" ou "Le Pays des Grimaces" par exemple. Enfin, par le travail de Le Guennec pour incarner les différents personnages qu’il fait vivre au cours de l’album. Le chant est puissant, les paroles – si on est animé par la flamme des 70’s – bien écrites. 


Pour autant, l’identité de Mona Lisa d’affine et d’affirme : c’est un groupe plus électrique, avec un son de clavier particulier qui marquera leur carrière. De même, la composition est beaucoup plus aboutie que sur le précédent volet : moins de longueurs, une cohérence plus marquée sans oublier des variations judicieuses ; un voyage musical aux ambiances variées s’offre à l’auditeur. 


"Le Jardin des Illusions" et "Manèges et chevaux de bois" sont parmi les plus grandes réussites de l’opus, aux côtés de "Au Pays des Grimaces", mêlant Genesis à King Crimson. A la guitare, Christian Gallas sait se montrer magistral. On trouve donc des pièces conséquentes mêlées à d’autres plus courtes, qui sont finement écrites et dotées d’un charme d’époque indéniable. 


Grimaces est donc un très bon album de rock progressif avec baguette et béret, peut-être moins abouti que son successeur, mais offrant une belle démonstration du savoir-faire hexagonale en la matière. 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également