↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Marc Collin


Two For The Road


(24/09/2007 - PIAS - Electro-Pop-Folk - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Two for the road / 2- Downtown / 3- It's always the same / 4- Road Trip / 5- Paper Butterflies / 6- Something Else / 7- In every color / 8- In a motel room / 9- Counting on you / 10- My old flame / 11- Lucid bird / 12- The dream
Note de 1/5
Vous aussi, notez cet album ! (9 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Après les reprises place aux compositions personnelles du père de Nouvelle Vague"
Louis, le 31/10/2007
( mots)

On avait laissé Marc Collin en génial maître d’œuvre de l’expérience Nouvelle Vague, on le retrouve en producteur inspiré de l’album concept Two For The Road. Après le succès et l’accueil critique enthousiaste fait à ses reprises bossa, le désir de se remettre à l’écriture s’est fait pressant. Issu de la génération dorée de la "Versailles touch", Marc Collin est un producteur boulimique qui participe à différents projets pop ou jazzy. S’intéressant autant à la new wave anglaise des 80’s qu’à l’écriture de certaines BO pour le cinéma, il va avec Nouvelle Vague redonner vie aux plus grands titres post punk. C’est avec Les Pétroleuses que Marc Collin va mêler pour la première fois son amour du cinéma et de la musique, la bande-son imaginaire d’un film des années 60.

Avec ce nouveau projet c’est ce même concept de la bande-son d’une histoire à inventer que Marc Collin nous dévoile. Reprenant le titre et le thème d’un road movie des années 60 avec Audrey Hepburn, Two For The Road raconte l’histoire d’un couple qui n’en est plus vraiment un. Le paysage défile, les mélodies electro-acoustiques s’enchaînent et on se laisse porter par la mélancolie des titres. Outre l’originalité de ses reprises, Nouvelle Vague brillait par la qualité de ses arrangements, la persistance de son univers et la naïveté enfantine de ses voix féminines. Qualités que l’on retrouve ici et qui prouvent que reprises ou compositions personnelles, Marc Collin sait doter sa musique de tout les atours pour la rendre incontournable. Pour interpréter les titres il fait appel à Katrine Ottosen et Valente, deux artistes rencontré via myspace. Confirmation de son statut de dénicheurs de talents après Helena Noguerra et Camille qui participaient déjà à ses précédents projets. Aérienne sur "Counting On You" pour la voix féminine ou sexy en diable sur "Paper Butterflies" pour son partenaire masculin, les voix de ses interprètes confèrent à Two For The Road toute son essence.

Les saveurs pop de l’ensemble se mélangent habilement à une électronique discrète, tandis que les sonorités bossa et blues nous ramènent vers des années 60 idolâtrées par Collin. Le titre éponyme et "Paper Butterflies" s’imposent comme des moments forts du disque, mais l’ensemble souffre de faiblesses ("In Every Color", "In a Motel Room"). Les titres sans reliefs s’enchaînent sur la fin et on est déçu de voir que Two For The Road ne tient pas toutes ses promesses. A découvrir pour les nombreux fans de Nouvelle Vague, il fera un délicieux encas en attendant leur troisième album en préparation.

Si vous aimez Two For The Road, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également