↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

La Famiglia Degli Ortega


La Famiglia degli Ortega


(00/00/1973 - Carosello - Folk rock, rock psychédélique - Genre : Rock)
Produit par

1- arcipelago (ovvero recita a teatro) / 2- John Barleycorn / Due Aquile / 3- Guida La Mia Lancia / 4- Merryon / 5- una vecchia corriera chiamata / 6- Inversione Dei Fattori / 7- Sogno Parigi / 8- Awamalaia
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"Quand la côte ouest rejoint l'Italie ..."
François, le 08/01/2020
( mots)

Musicalement et dans les territoires sonores qui nous intéressent, l’Italie des années 1970 est surtout connue – relativement – pour sa scène progressive dense et originale, tant par son instrumentation que par l’usage de la langue vernaculaire. 


Cette revendication identitaire ne doit pas éclipser l’influence anglo-saxonne très importante dans les années 1960, quand des groupes locaux se prenaient pour les Beatles ou les Bee Gees. De même, dans les années 1970, la scène locale déborde du seul rock progressif ; elle est en effet atteinte par les dynamiques esthétiques du rock d'outre-Manche ou d'outre-Atlantique qu'elle compte imiter : La Famiglia Degli Ortega fait partie de cette catégorie de groupe. 


Du nom des membres fondateurs, la formation est pourtant souvent classée dans les musiques progressives : cela peut s’expliquer par son origine, son nom à rallonge, sa pochette haute en couleur, mais très peu par sa musique. En effet, si l’on excepte l’introduction et la conclusion, théâtrales et éthérées, ainsi que le vague concept autour de l’album, on est bien loin du genre évoqué. 


La reprise de "John Barleycorn" des Anglais de Traffic cite une référence assez représentative du style de la famille : un rock classique assez folk, avec des relents psychédéliques. C’est également dans le sillon de la côte ouest américaine (mais presqu’à contretemps) que le groupe s’inscrit. La présence de nombreux instruments acoustiques (piano, guitare, harmonica et violon) ainsi que les voix féminines nous plongent vraiment dans cet univers esthétique. Ainsi, on passe de la country/honky-tonk ("Merryon") au blues-rock ("Guida la mi Lancia") avec un chant en italien, évidemment. Le dernier morceau évoqué se conclut sur un passage aux percussions rappelant énormément Santana ("Soul Sacrifice"). C'est un peu Woodstock à Gênes avec quelques années de retard. Les qualités de La Famiglia Degli Ortega résident essentiellement chez les chanteurs maîtrisant visiblement leur organe. 


En soi, l’album n’a rien de remarquable et, même s’il est très court (35 minutes), il est daté et peu donc très vite lasser l’auditeur. Il n’en demeure pas moins un témoignage original de la scène rock par-delà les Alpes, et une illustration des processus de diffusion culturelle. Quant au groupe, il ne survivra pas longtemps suite à cette unique galette, et produit quelques 45 tours avant de disparaître. 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également