↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Judas Priest


Point of Entry


(26/02/1981 - Columbia - British heavy - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Heading Out to the Highway / 2- Don't Go / 3- Hot Rockin' / 4- Turning Circles / 5- Desert Plains / 6- Solar Angels / 7- You Say Yes / 8- All the Way / 9- Troubleshooter / 10- On the Run
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.0/5 pour cet album
"Un album plus accessible et commercial destiné à séduire les masses qui manque clairement de folie et d’ambition."
Alexandre, le 12/04/2021
( mots)

Après l’immense succès de British Steel (1980), considéré comme une référence dans la discographie du groupe et dans le heavy metal, Judas Priest poursuit sur sa lancée avec Point of Entry, son 7e album studio. On retrouve la même équipe avec bien sûr au chant Rob Halford, surnommé le "Metal God", toujours épaulé par le duo mythique KK Downing et Glenn Titpton tandis que la basse est confiée à l’indéboulonnable Ian Hill. Enfin, la batterie est confiée à Dave Holland qui avait remplacé Les Binks en 1979.


D’aucuns considèrent cet album comme un raté, un premier accident dans la foisonnante discographie de Judas Priest. Les deux pochettes, assez laides, n’incite guère à l’optimisme. On est bien loin des sublimes pochettes de Sad Wings of Destiny, de Sin After Sin ou de celle de son illustre prédécesseur avec cette fameuse lame de rasoir à l’effigie du groupe. Un autre élément qui laisse songeur, c’est la durée des chansons : elles sont toutes calibrées pour le format radio, les fameuses 3min30… Seule "Desert Plains" se démarque des autres en plafonnant à 4min30… Cette tendance était déjà perceptible sur Killing Machine et British Steel, mais ici, cela en devient presque caricaturale. On est bien loin des compositions fleuves et épiques d’antan ("Victim of Changes", "Sinner", "Beyond the Realms of Death"). Cela se ressent indéniablement sur les titres qui perdent en puissance et en originalité : de fait, il n’y a quasiment plus de variations ou de changement de rythme.


Pourtant, tout n’est pas à jeter dans cet album, loin de là ! "Heading Out to the Highway" lance d’une manière plutôt convaincante l’album. C’est l’un des rares titres qui survivra dans le temps long et qui demeure un des classiques du groupe, régulièrement interprété sur scène. Malgré sa structure très classique et ses riffs basiques, l’ensemble reste très plaisant à l’écoute.


"Desert Plains" est un autre titre enthousiasmant avec sa basse ronflante. Il fait également partie des pistes sélectionnées lors des concerts. Les prestations live de Rob Halford subliment cette chanson, en particulier avec ses cris suraigus comme lui seul en a le secret : on peut donc apprécier une version live dans la réédition (Live Vengeance 82). Dans la même veine, l’aérien "Solar Angels" et "Hot Rocking" sont convaincants. Ce dernier renoue avec un hard/heavy plus véloce. Seul bémol, ce clip vraiment immonde où l’on peut admirer les membres du groupe en train de faire de la musculation tandis que Rob s’agite en peignoir blanc dans un sauna avant de les voir sur scène en train de jouer tandis que leurs instruments prennent feu… Heureusement que le ridicule ne tue !


L’influence du hard US est palpable sur des titres comme "All the Way" ou "Troubleshooter" aux sonorités "van halenienne", la virtuosité en moins ou encore "On the Run" qui vient clore l’album avec un riff tout droit sorti du répertoire ZZ TOP. A la différence des précédents albums, les soli de guitare sont bien plus en retrait et sont beaucoup moins marquants, à tel point qu’ils restent très peu en tête. Si KK Downing et Glenn Tipton forment l’une des plus belles paires de guitaristes dans l’histoire du heavy metal, force est de constater qu’ils sont beaucoup moins inspirés qu’à l’ordinaire. Leurs interventions mélodiques demeurent très banales voire même carrément absente : il est surprenant de découvrir des chansons où les soli de guitare sont absents ("Turning Circles") ou minimalistes ("Heading Out to the Highway").


Pour ce qui est du reste, il est difficile de s’extasier devant un "Don’t Go" très convenu ou un "Turning Circles" assez quelconque sans être mauvais pour autant. Si les parties instrumentales du "You Say Yes" sont loin d’être déplaisantes, les paroles en revanche sont d’une niaiserie sans nom ! "You say yes, I say no".


A bien des égards, Point of Entry est un album bien pâle au regard des autres productions de Judas Priest. Loin d’être totalement catastrophique, le fait d’être intercalé entre deux monuments que sont British Steel et Screaming for Vengeance, accentue cette impression de fadeur.

Commentaires
Daniel, le 12/04/2021 à 17:25
Merci pour cette chronique. Le groupe lui-même a désavoué cet album. Et le clip reste effectivement fabuleux pour les amateurs d'humour involontaire.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Judas Priest


Redeemer of Souls


Critique d'album

Judas Priest


Painkiller


Critique d'album

Judas Priest


British Steel


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également