↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Judas Priest


Jugulator


(28/10/1997 - Steamhammer - British heavy - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Jugulator / 2- Blood Stained / 3- Dead Meat / 4- Death Row / 5- Decapitate / 6- Burn in Hell / 7- Brain Dead / 8- Abductors / 9- Bullet Train / 10- Cathedral Spires
Note de 2.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Ju-Thrash Priest"
François, le 27/11/2023
( mots)

Ce n’est pas sans avoir opéré de profonds changements que Judas Priest sort enfin du silence en 1997, sept ans après son dernier chef-d’œuvre, Painkiller. Le départ de Rob Halford en 1993, pour une aventure dans le Thrash-Groove Metal (avec Fight), avait laissé le groupe sans chanteur et la place que celui-ci occupait dans le dispositif du combo rendait son remplacement difficile.


Là où, à la même époque, Iron Maiden avait troqué Bruce Dickinson pour le profil vocal un peu différent de Blaze Bayley, les membres de Judas Priest portent leur dévolu sur l’Américain Tim "Ripper" Owens, plus proche de la tessiture et des capacités d’Halford. Se faisant, ils offrent à l’histoire du rock l'une de ses plus belles pages. En effet, Owens connaissait parfaitement le répertoire du groupe pour avoir été membre d’un tribute-band de Judas Priest et le voici propulsé au poste de chanteur officiel de sa formation fétiche.


Si Owens est capable d’atteindre la puissance et les notes aigues d’Halford, il peut aussi rendre sa voix plus rauque et se rapproche ainsi de James Hetfield : cela tombe bien puisque Judas Priest a également choisi de durcir son approche en adoptant le Thrash Metal, comme pour faire un pied-de-nez au déserteur Halford. Le monstre sur la pochette - mal imprimée et floue - de Jugulator, qui a peut-être inspirée Olivier Ledroit (les berserkers de Requiem, pour ceux qui ont des références dans le neuvième art), illustre cette ambition par son apparence agressive et incisive.


En effet, Jugulator est sans conteste le chapitre le plus brutal de la discographie du groupe, en témoigne le paysage industriel dessiné sur "Jugulator", avec ses arpèges sombres, ses riffs martelés, son chant terrifiant qui commence sur un long hurlement suraigu (sûrement pour rassurer les fans) avant de vraiment ressembler à Hetfield. Ce titre donne la tonalité pour l’ensemble de l’album qui monte en puissance, parfois de façon convenue mais bien faite, à l’image de la gamme thrashy - "Blood Stained", "Death Row", "Decapitate", "Bullet Train", "Brain Dead" - parfois avec des fulgurances comme le simple mais imparable "Dead Meat", le mid-tempo "Abductors" au pont instrumental alambiqué. Le groupe excelle même avec l’hypnotique "Burn in Hell", développant une ambiance à la Rob Zombie sans les sonorités industrielles, et plus encore sur la suite épique "Cathedral Spires", digne des plus belles fresques de Metallica avec toutes les variations attendues pour ce genre d’exercice (dont le pont plus calme en arpèges).


J’espère que plus de vingt-cinq ans plus tard, il soit possible d’affirmer sans être voué aux gémonies que l’ère Owens souffre la comparaison avec certaines œuvres chantées par Halford et qu’elle est même plus qu’honorable. Plus encore que le changement de chanteur, c’est le tournant stylistique qui est l’élément le plus remarquable de Jugulator. S’il peut heurter des fans par son registre Thrash, il faut rappeler que cette évolution n’est pas due à Owens mais bien à l’ensemble du combo – notamment Glenn Tipton et K. K. Downing, deux membres historiques de Judas Priest – et que ce nouveau style est adopté avec brio.


À écouter : "Cathedral Spires", "Burn in Hell", "Dead Meat"

Commentaires
Wonder Boobs, le 01/12/2023 à 22:25
Je pense que cet album est à l'image de sa pochette, d'un mauvais goût terrible et fait à l'arrache. Honteux pour le groupe....
DanielAR, le 28/11/2023 à 15:50
Je me demande si une psychanalyse pourrait m'aider à écouter cet album en entier sans grincer des dents. Ceci dit, merci pour le conseil !
FrancoisAR, le 28/11/2023 à 09:07
Je pense que la question générationnelle joue pour beaucoup, parce que le virage esthétique opéré (vers une musique plus extrême) est net, tranchant avec le style originel du groupe. En témoigne la chronique ci-dessus, je trouve que le groupe tire son épingle du jeu dans ce registre Thrash, ce sera moins le cas dans les évolutions ultérieures empruntées sur Demolition. Pour le dire autrement Daniel, tu souffres davantage que le groupe et tu opères un transfert vers les musiciens. Question de point de vue psychanalytique, évidemment.
DanielAR, le 27/11/2023 à 19:05
C'est probablement une question générationnelle mais j'ai vraiment eu de la peine avec cet album. Malgré le respect que j'éprouve pour le malheureux intérimaire qu'aura été Owens. En ce qui me concerne, l'album n'a été sauvé que par l'extraordinaire "Cathedral Spires" que j'écoute souvent en boucle. Le reste m'inspire surtout de la souffrance dans la mesure où j'ai le sentiment que le groupe "souffre" dans un répertoire qui n'est pas vraiment le sien. Question de point de vue, évidemment !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Mars 2024
8
Sortie d'album

Judas Priest


Invincible Shield


Studio
Critique d'album

Judas Priest


Redeemer of Souls


Critique d'album

Judas Priest


Painkiller


Critique d'album

Judas Priest


Ram It Down


Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également