↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

J.J. Cale


Naturally


(25/10/1971 - - Blues Rock, Laid Back, Tulsa S - Genre : Rock)
Produit par

1- Call Me The Breeze / 2- Call The Doctor / 3- Don't Go To Strangers / 4- Woman I Love / 5- Magnolia / 6- Clyde / 7- Crazy Mama / 8- Nowhere To Run / 9- After Midnight / 10- River Runs Deep / 11- Bringing It Back / 12- Crying Eyes
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Le blues-rock interprété avec le flegme de Tulsa"
François, le 26/12/2021
( mots)

Qu’y-a-t ’il de plus compliqué pour un chroniqueur qu’un album pour lequel d'une simple écoute découle une évidence. Sur Naturally, les morceaux sont brefs, ils vont à l’essentiel ; l’album l’est également, dépassant à peine la demi-heure, et le tout nous semble si naturel – excusez le jeu de mots – qu’on pourrait se passer de la moindre phrase et se contenter d’un conseil d’écoute comme seule critique. Essayons tout de même. 


J.J. Cale est un peu l’homme qui s’agite – enfin s’agite … qui se meut – dans l’ombre d’Eric Clapton. Il est moins connu, évidemment, il n’a pas bénéficié d’un passage dans un groupe d’envergure en début de carrière (on dira peu de choses des anonymes de Leather Coated Minds), et n’a de nom, en 1972, que pour avoir composé "After Midnight", single à succès de Clapton dont on trouve la (superbe) version du compositeur sur cet album. Signalons également que Naturally s’ouvre sur "Call Me the Breeze" dont la reprise de Lynyrd Skynyrd (Second Helping, 1974) éclipsera en partie l’originale … Une certaine marche du destin que J.J. Cale a toujours acceptée en bon stoïcien du Midwest …


Car J.J. Cale ce n’est pas l’Angleterre, c’est la chaleur de l’Oklahoma, la porte du Sud qui n’est pas exactement l’Etat le plus favorable où démarrer une carrière si l’on tient au succès. Comme il n’y a pas grand monde, le voilà incarnant le son de Tulsa (Tulsa Sound), une sorte de mélange entre blues, rock, country folk, ne manquant pas de swing mais toujours joué avec un certain détachement, un certain flegme même quand le guitariste se veut virtuose. C’est le laid back si reconnaissable dès les premières notes de "Call Me the Breeze" : le blues y est bien présent mais le rythme peut être relativement rapide, l’important est que le tout demeure tamisé, feutré, jusqu’à la voix détachée de J.J. Cale ou à ses doigts qui interviennent sur la guitare avec précision mais paraissent presqu’hésitants à chaque nouvelle note. 


A partir de là, les variations autour des divers substrats du musicien se déclinent avec une certaine homogénéité qui ne néglige pas leurs particularités. Se succèdent ainsi le cuivré "Call the Doctor" façon jazz-bar, le tube très blues à l’ancienne "Crazy Mama", des titres typiques du musicien "Don’t Go to Strangers", "After Midnight", la country de "Clyde" … D’autres morceaux s’avèrent plus quelconques, parfois caricaturaux ("Nowhere to Run") ou sans relief ("Woman I Love"), mais la qualité d’ensemble est bien présente quand les moments plus faibles sont compensés par leur durée réduite. 


Voici donc l’acte de naissance discographique solitaire de J.J. Cale, Poor Lonesome Cowboy qui joue dans l’ombre des grands tout en façonnant sa propre vision du blues-rock. Un album aussi humble que son créateur, quand bien même est-il conscient d’offrir un beau souffle au genre. 


A écouter : "After Midnight", "Call Me the Breeze", "Crazy Mama", "Clyde", "Crying Eyes"

Commentaires
Daniel, le 27/12/2021 à 21:02
Sans vouloir polémiquer, je pense que c'est plutôt la musique de Clapton qui s'est enflammée sur les braises magnifiques semées par J.J. Cale. Les flammes se sont rapidement éteintes alors que les braises magiques sont toujours vivaces, principalement sur "Naturally".
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également