↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Ipso Facto


Six and Three Quarters


(20/10/2008 - Pure Groove - Psychédélisme gothique - Genre : Autres)
Produit par

1- Six and Three Quarters / 2- Circle Of Fifths
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Coupes au bol et mélodicas, l'étrange nouvelle révélation goth londonienne"
Margaux, le 12/03/2009
( mots)

Amateurs de l’étrange bonsoir, voici Ipso Facto, quatre filles d'à peine vingt ans dont la passion pour la coupe au bol trendy couleur corbeau ferait pâlir d'envie Mireille M. et autres designers de chez YSL. L’histoire d’Ipso Facto est déjà bizarroïde à la base : La chanteuse guitariste rencontre la batteuse Victoria Smith à un arrêt de bus. Cette dernière se sent désoeuvrée, dégoutée d'avoir fait brûler sa maison en oubliant d'éteindre sa bouilloire, et accepte de jouer dans le groupe. Même le nom, qui s’accorde avec l’imagerie gothique du groupe, est en fait inspiré du soap anglais Coronation Street. Vrai ou faux, qui sait ? De ces histoires naît le mythe Ipso Facto.

Le groupe est très rapidement repéré suite à ces concerts et à ses maxis rapidement épuisés. La musique autant que le style visuel du girls-band fait jaser. L’univers d’Ipso Facto est noir et blanc au sens strict du terme. Avec classe, elles ressuscitent l’essence pure et lointaine du gothique, loin du grand-guignolesque à la Marilyn Manson. Surnommées "les Horrors féminines", rien n’est plus faux : leur musique est à des lieues du garage hurlant des sus-nommés. Elles avouent d’ailleurs vouloir sonner comme Can sans y parvenir. S’arrêter aux fripes serait donc bien dommage tant l’originalité s’applique aussi au son.

Tous claviers et mélodica grinçant dehors, les Ipso Facto cisèlent des chansons aux mélodies tarabiscotées. L’écoute est déstabilisante. Ce son semble venir de nulle part, rien n’est comparable, on se sent perdu devant cet OVNI. Tout est obscur, les paroles au sens incompréhensible, le fond garage recouvert par des orgues, ce chant labyrinthique aux vocalises flegmatiques et désabusées. L’orgue tout d’abord lancinant de "Six And Three Quarters" s’envole dans des mélodies impossibles, comme dans un délire psychédélique goth. On voit la lune, les corbeaux et la vieille église désaffectée bordée par un cimetière. "Circle of Fifths" et son mélodica triste s’étend comme une plainte infinie, pendant que les chœurs s’évaporent comme des volutes de fumées. Ipso Facto produit une véritable musique de sorcières.

Issue de la nouvelle scène goth londonienne au même titre que The Horrors et Theoretical Girl, Ipso Facto est une curiosité, un animal étrange qu’on observe avec circonspection. On lui tourne autour, on ne sait pas comment l’aborder. Le groupe semble voué à rester enfermé dans son carcan underground tant il est difficile d’approche. Mais pour les amateurs de nouvelles expériences musicales étranges et décalées, il reste un must.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également