↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

I Come From Pop


Wicker Chair & Falling Rain


(08/11/2010 - Organ Music - pop folk - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- BodyGuard / 2- Belly Button / 3- Let Us Sing A Song / 4- You Got It / 5- Here We Are
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (14 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Premier EP prometteur pour ce jeune trio venu de Brest"
Nicolas, le 11/02/2011
( mots)

I Come From Pop, certes, mais encore ? Voilà un nouveau venu dans le paysage rock hexagonal, un trio en provenance de la pointe du Finistère et plus précisément de Brest, qui s'attelle à revisiter une pop léchée, teintée de folk et en langue anglaise, et qui annonce puiser son inspiration auprès des Beatles et d'Elliott Smith. Soit, allons donc à la découverte de cet EP dont l'artwork bariolé s'oppose à un titre rappelant la grisaille du climat breton. Wicker Chair & Falling Rain, chaise en osier et pluie tombante : calons nous dans notre salon par une bonne après-midi pluvieuse, et écoutons ça.

D'emblée, l'ambiance développée par les instrumentistes instaure un climat doux et séduisant, avec une petite pointe de tristesse en arrière fond. "Bodyguard" en est l'exemple le plus représentatif, alternant chaud et froid au gré des arrangements de corde et de la voix androgyne de Pascal Le Floc'h. Le calme des thèmes laisse parfois échapper des vagues de colère contrariée au rythme de la batterie métronomique de Laurent Gueguen. Si le disque lâche parfois du leste et laisse poindre un rayon de soleil chaleureux (comme sur les refrains énergiques de "You Got It", enrobés de poussées de cuivres radieux), on se retrouve souvent plongé dans une ambiance feutrée, tranquille, discrètement mélancolique, atmosphère magnifiée par "Belly Button" et sa mélopée trainante et éthérée. Ces cinq titres ne sombrent pas dans la facilité mélodique, et restent suffisament peu orthodoxe dans leurs lignes de chant pour suscitéer l'intérêt. Le dernier morceau, "Here We Are", laisse même entrevoir des possibilités particulièrement intéressantes en développant deux airs successifs qui s'avèrent être en totale collusion.

Rien d'étonnant, à l'écoute de cet EP, que ce très jeune groupe (deux ans d'existence à peine) suscite déjà l'intérêt de nos canards musicaux chéris et qu'il ait réussi à se produire en première partie de nombreuses pointures (Cocoon, Syd Matters, Air, Owen Pallet, Unkle, sans compter une programmation aux Transmusicales, pas mal non ?). On attend donc de pied ferme leur premier album, oeuvre qui aura la lourde tâche de confirmer tout le bien que l'on peut penser d'eux. Un groupe à suivre, donc, et il serait étonnant que vous n'en entendiez pas parler un jour ou l'autre.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également