↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Free Kitten


Inherit


(20/05/2008 - Ecstatic Peace - - Genre : Rock)
Produit par

1- Erected Girl / 2- Surf's Up / 3- Seasick / 4- Free Kitten on the Mountain / 5- Roughshow / 6- Help Me / 7- The Poet / 8- Billboard / 9- Bananas / 10- Monster Eye / 11- Sway
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Trois copines mures et charmantes qui jouent avec le feu !"
Lee, le 28/10/2008
( mots)

Voilà maintenant des années que l'émancipation de la femme a connu son essort. Free Kitten, collaboration musicale entre quelques belles créatures, s'érige, dans cette optique, au plus haut des conceptions. Kim Gordon, bassiste de Sonic Youth, Julie Cafritz, ex-Pussy Galore (premier groupe de Jon Spencer) et Yoshimi P-We, batteuse des Boredoms dessinent l'architecture de la façade. Un super-groupe sexy, charmant et libéré qui se perdait dans l'oubli suite au kyste du grunge. Inherit vient ainsi succéder à Sentimental Education, non sans une certaine euphorie.

La démarche du groupe est tout de suite dévoilée. Deux guitares saturées, une batterie timide et des voix résonnantes, parfois de douleur parfois de désir. "Erected Girl", premier titre donc qui dérange l'auditeur dès l'ouverture. Un brin soporifique certes, mais alléchant d'un zeste ! Plus loin, le long morceau "Free Kitten On the Mountain" cache un dark flower power psychédélique où les paroles ressemblent aussi bien à des incantations de druides qu'à des balbutiements de prophètes. La rythmique tribale assure d'autant plus l'effet cérémonial de la composition malgré une perte d'intensité en cours de route. Des chansons comme "Seasick" ou "Roughshow" usent, quant à elles, de chants lachés, très changeant, presque naïfs, donnant l'impression que Kim et Julie se (re)prennent pour des gamines qui s'amusent sur un rock tendance Pixies-Breeders assez fatigué. Inherit s'éprend également d'un rock garage à la production volontairement baffouée. "Help Me", par exemple, encaisse un son crade qui s'amplifie d'un seul coup pour appeler au secours.

La batterie de Yoshimi montre un peu plus le bout de son nez sur la douce "Billboard" en provoquant des sursauts d'angoisse passagers. Mais il faut attendre que le bon vieux Jay Mascis se place derrière les fûts pour enfin pouvoir balancer la tête (ou autres) d'avant en arrière ("Bananas"). Aussi, lorsqu'il saisit son instrument de prédilection sur "Surf's Up", J. Mascis offre une performance guitaristique de toute beauté qui, sans pour autant marquer un aboutissement dans la composition, embellit admirablement l'album.

Deux titres s'imposent magnifiquement dans le décor : "The Poet", où Kim enchante l'auditeur d'une passion électrique, et "Sway" qui ébauche des alertes créatrices comme s'il en pleuvait. Encore que pour apprécier cette dernière, il vous faudra avoir aisément digéré les onze minutes trente-deux de "Monster Eye", sans prendre peur d'une rallonge asymétrique parfumée d'acide avec des sons bizarres et repoussants pour certains. Et, si toutefois votre corps vous somme d'y renoncer, ne rejetez pas l'appel de votre esprit... Ses conseils s'avèrent souvent précieux !

Inherit est donc un album pour le moins troublant, qui questionne inlassablement après chaque écoute. Mais il dispose d'un certain charisme, une sorte d'ambition psychédélique que l'auditeur se fera un plaisir d'entendre dans le jeu de guitare. Pour conclure, il vous faudra braver de dures épreuves avant d'apprécier Inherit, si toutefois vous en avez le courage...

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

Free Kitten


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également