↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Fidlar


Fidlar


(04/02/2013 - PIAS - punk /garage - Genre : Autres)
Produit par

1- Cheap Beer / 2- Stoked And Broke / 3- White On White / 4- No Waves / 5- Whore / 6- Max Can't Surf / 7- Blackout Stout / 8- Wake Bake Skate / 9- Gimmie Something / 10- 5 To 9 / 11- LDA / 12- Paycheck / 13- Wait for the Man / 14- Cocaine
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Punk positif"
Mathilde, le 11/03/2013
( mots)

“Fuck it dog life’s a risk”. C’est ce qui se dit parait-il à L.A, avant de se risquer à faire du skate sur une rampe, et c'est aussi un bon nom-acronyme pour un groupe de rock. Los Angeles, les mots grossiers, la morgue des skateurs boys, la bière, la drogue, le comportement casse-cou(-illes) et la musique punk, c’est sous ces clichés usés jusqu’à la corde que Fidlar s'est fait une réputation qui n’est, elle, pas miteuse. Leur premier album éponyme et frénétique est sorti en france en février 2013.

Le premier titre "Cheap Beer" annonce à lui seul la couleur: “Getting fucked up on the 101 / Shooting narcotics and having fun / 40 beers later and a line of speed”. Une vie authentiquement rock and roll, en 2013, vraiment? C’est ce que le quartet tend à prouver au fil de leurs quatorze titres qui globalement "don’t give a shit about anything" et qui veulent ressusciter le détachement cynique façon Dead Kennedys. On pense beaucoup à leurs voisins Cage The Elephant ("Stoked and Broke", "Max Can’t Surf"), aux riffs lames de rasoir de Cerebral Ballzy, avec des morceaux bien sûr minimalistes et expédiés qui dépassent difficilement les 3 minutes. 

L’album n’en est pas moins accessible et digérable et, passé les paroles, pas si caricatural que ça. On surprend des rythmiques qui vont piocher parfois du côté du format post punk british standard, façon Dirty Pretty Things ou Good Shoes ("Blackout Stout"), parfois à du surf-punk ou de la power pop. Et puis "Wake Bake State" nous renvoie à des groupes qui viennent de pays bien plus froids mais qui servent le même potage agressivo-sardonique, comme Holograms voire les Hives (avec qui d’ailleurs ils ont partagé quelques dates). Les trois quarts des titres restent en tête dès la deuxième écoute et c’est bien pour ça que les critiques sont unanimes et enthousiastes à propos de ce rock autodestructeur mais finalement fun et dans la déconade, et tout à fait assumé par ses interprètes. 

"White on White" est certainement le morceau punk le plus traditionnel dans ses époumonements, sa guitare overdrive et son pipi dans les bouteilles : "Got no job, got no money, go no place to be". En fin de compte, on y croit à ce non-établishment des Fidlar, qui prend bien sûr tout son sens lors des lives, d’autant plus réussis s’ils se concluent par douze blessés et trois éclopés.  
Quatorze titres punk-rock/garage  plus tard, on est encore vivants et même enchantés. Tu n’aimes pas les sports de glisse, la crasse et la défonce? Tu pourrais pourtant aimer Fidlar. A ne surtout pas confondre avec la laine à tricoter.

Si vous aimez Fidlar, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également