↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Demago


Demago


(01/07/2004 - - - Genre : Rock)
Produit par

1- Adèle / 2- Le Mégalo / 3- Mes Mains / 4- Go Back / 5- Corps à Corps / 6- Hey Doc / 7- Welcome / 8- Pink Dream / 9- Des Fantasmes / 10- Alors Viens / 11- Nietszche's Eyes / 12- Sur tes Lêvres
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (19 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Autoproduit, génial et gratuit ! Découvrez Démago ..."
Lilian, le 03/08/2004
( mots)

"Cet album ne sera pas édité en tant que tel. C'est la première étape de DEMAGO. On a enregistré cet album via l'obtention de divers prix (Lauréat Paris Jeunes Talents & Défi Jeunes 2003). Il a été enregistré en juillet 2003 et constitue la première pierre de l'édifice."
Voilà en quelques mots comment Maün, chanteur/guitariste, introduit l'album de son groupe: Démago. Un album qui est complètement téléchargeable sur le site du groupe, et gratuitement.

Et la première pierre de l'édifice a tout d'un menhir. Taillé de leurs mains dans un rock puissant, tantôt tendre, tantôt dur. On ne peut qu'être troublé de la qualité de chacune des douze pistes. Le groupe oscille parfaitement entre différents styles avec comme fil conducteur, une sorte de dramatisation créée par des guitares tranchantes. On passe sans problème de douces mélodies pop à un son qui tendrait bien plus vers le métal, même si en général, la musique de Démago se situe bien plus dans le rock.

"Adèle" est le premier titre proposé sur le site. Avec sa douce mélodie il peut mettre d'accord tout amateur de rock français. Le plus marquant reste néanmoins la qualité du chant présente sur tous les titres, car c'est souvent le point faible des autoproduits. Ici rien ne choque, le chant se mêle parfaitement à la musique pour donner un résultat qui n'a pas grand-chose à envier aux plus grands noms. Avec "Alors viens" on reste à peu de chose près dans le même esprit. C'est avec "Corps à corps" que les mélodies prennent une vitesse supérieure et s'installent dans un son plus rock'n'roll. La comparaison est peut-être un peu cavalière, mais ce titre me rappelle Blankass. Guitares acérées et chant plus sec, le ton monte encore au fur et à mesure des pistes. Sur "Fantasme", "Mes mains" ou encore "Nietszche's Eyes" et "Go back" en anglais, la saturation prend le dessus pour notre plus grand plaisir, dans un style qui doit trouver toute sa plénitude en live.
Démago ne manque pas non plus de personnalité et le prouve en signant quelques titres un peu plus "concept" que le reste. Comme "Le mégalo", qui sur un ton plus humoristique, voire satirique, dénonce les aléas de la vie d'un PDG pseudo humaniste pour finir sur un couplet arabisant et puissant tout simplement génial. Ou encore sur "Hey Doc", avec un léger crescendo de plus de 4 minutes, on assiste à la destruction psychologique et financière d'un personnage lambda, victime du système. Un morceau excellent et haletant de part ses changements de tons, et qui finit sur un espèce de trip bizarre. Un peu fou !

Si on ne devait s'en référer qu'aux paroles, on ne pourrait pas dire de Démago qu'il pratique la démagogie. Alors si c'est le simple fait de nous offrir gratuitement cet album dans le seul but d'obtenir notre attention qui est un peu démago, alors on est pas prêt de leur en vouloir, tant ce cadeau est de grande qualité. Profitez-en bien !

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

Demago


Critique d'album

Demago


Hôpital


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également