↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Cressida


Cressida


(00/02/1970 - Vertigo - Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- To Play Your Little Game / 2- Winter Is Coming Again / 3- Time for Bed / 4- Cressida / 5- Home and Where I Long to be / 6- Depression / 7- One of a Group / 8- Lights In My Mind / 9- The Only Earthman In Town / 10- Spring '69 / 11- Down Down / 12- Tomorrow Is a Whole New Day
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"L'écume du proto-progressif"
François, le 29/12/2022
( mots)

Avant l’avènement du rock progressif, dont l’acte de naissance est conventionnellement situé à octobre 1969 avec la parution du premier album de King Crimson, l’Angleterre était une sorte de laboratoire où le rock et la pop tentaient de s’émanciper des structures traditionnelles. Moody Blues s'essayait aux orchestrations, Procol Harum aux titres plus longs, The Nice adoptait la musique classique, Yes se montrait encore velléitaire, la scène de Canterbury commençait à s’agiter … Bref, il se passait quelque chose sur l’île qui dessinait l’avenir musical des 1970’s. Cette phase de gestation allait se prolonger discographiquement jusqu’au début de la décennie puisque certains groupes actifs à la fin des 1960’s ne firent paraître leurs œuvres qu’à rebours, le temps de se faire un nom sur scène. C’est pourquoi nous trouvons des albums "proto-progressifs" jusqu’en 1970-71, c’est-à-dire encore à cheval entre plusieurs approches, sans être franchement inscrits dans le nouveau genre en plein essor. L’éphémère Cressida est de ceux-là.


Actif depuis 1968 et initialement connu sous le nom de Charge, Cressida connait une très grande activité scénique à l’échelle européenne (jusqu’en Europe de l’est et en France) avant de signer son premier opus chez l’excellent label Vertigo en 1970. La dimension progressive est sensible dans son nom, qui renvoie à l’œuvre de Shakespeare (Troilus and Cressida, une pièce sur le mythe troyen), les références littéraires étant prisées dans ce genre. Néanmoins, musicalement parlant, le groupe demeure encore dans des contrées en voie de défrichement.


Le symphonique "To Play Your Little Game" est symptomatique de cet entre-deux, avec d’un côté des claviers à la Uriah Heep tentés par la virtuosité, et un chant léger très pop 1960’s. L’agréable et funky "Home and Where I Long to Be" ou le mélancolique "Down Down" sont sur la même ligne de tension entre pop anglaise et rock progressif, notamment par la structure de leur partie instrumentale pleine de variations. La plupart du temps, c’est le jeu de clavier qui donne la coloration progressive à Cressida, comme les suites à la Bach de "Out of a Group" (qu’on retrouve en dialogue avec la guitare sur l’ultime et très Moody Blues "Tomorrow Is a Whole New Day"), ou le mellotron de "Cressida" (un titre à mi-chemin entre les Doors et Atomic Rooster), mais la ligne n’est jamais complétement franchie.


L’album a vraiment un côté patchwork, passant du jazz-manouche de "Time for Bed" aux grosses orgues baroques et rythmes à la Santana de "Depression", jusqu’aux détours folks d’une pièce de guitare classique sur "Spring ‘69". Par ailleurs, "Winter Is Coming Again" a des airs de Caravan et possède un solo de guitare aventureux, tandis que les très entraînant "Lights in My Mind" a des relents psychédéliques qui bâtissent un pont entre les deux continents.


Le potentiel de Cressida, aussi bien dans la composition que dans l’interprétation, saute aux oreilles sur ce premier opus qui regorge de bonnes idées et de belles pièces. L’avenir ne permit pas vraiment d’avoir une actualisation des promesses entendues sur cet album, puisque le groupe se sépara dans l’année et leur second essai ne parut qu’à titre posthume.


A écouter : "To Play Your Little Game", "Home and Where I Long to Be", "Lights in My Mind"

Si vous aimez Cressida, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !