↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Corvette


Corvette


(01/05/2005 - Purple Musiques - fusion Funk/Rock - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Diva / 2- Ma narcose / 3- Dynamite / 4- Radio dollar / 5- Je cherche de l'ombre / 6- Je hais le mardi / 7- Hardcore
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"De la fusion funk/rock fraîche tricotée par un groupe sympathique."
Maxime, le 12/06/2005
( mots)

Si je vous parle de fusion funk/rock, vous pensez ampli Marshall et dreadlocks, Ibanez customisée et baggy informe, tant il est vrai que la scène rock française sature de ces clones de Korn et autres Papa Roach. Ça n'est pas le cas du groupe dont nous parlons ici même s'il s'inscrit dans le sillon de FFF, Téléphone ou Silmarils dont il revendique l'héritage, mais également des artistes tels que Jamiroquaï ou No Doubt (les premiers albums, rassurez-vous) dont il s'inspire. Cette formation répondant au nom de Corvette (hommage au titre de Prince "Little Red Corvette" ?), originaire de Seine-et-Marne s'aventure en effet à contre-courant des canons actuels en livrant une musique positive et fraîche, qui renvoie plutôt au début des années 90 qu'au revival post-punk actuel. Ne comptez pas sur eux pour se fringuer à la Pete Doherty et conter leur 15ème overdose ni pour venir vomir sur la société actuelle à coups de brûlots thrash-punk.

Car l'influence majeure qui chapeaute ce premier effort reste bel et bien Sinclair. Dans le chant comme dans les paroles et l'esprit global des compos, c'est au chanteur rouquin qu'on pense le plus. Un Sinclair toujours aussi sympa avec son groove indolent et inoffensif mais qui ne cracherait pas sur quelques rafales de riffs puissants. Corvette revendique en effet une inspiration plus metal qui va de Deep Purple (celui de Machine Head et de In Rock) à Metallica. Ce 7 titres hésite donc entre funk pop/rock, du style des deux derniers Red Hot Chili Peppers en moins bien ficelé bien sûr ("Je cherche de l'ombre", "Diva", "Je hais le mardi") et un néo-metal light ("Ma narcose", "Hardcore", "Radio dollar", qui se ponctue par un duo bien troussé avec le rappeur Vindess). Les compos sont appliquées et le groupe possède un charme indéniable qui agit peu à peu.

Reste quelques petites lacunes qui empêchent à ce premier maxi de provoquer une adhésion complète : le chant de Benoît Clerc d'abord, pas toujours maîtrisé, surtout quand il est soumis à des exercices plus périlleux (la fin de "Ma narcose" ou d'"Hardcore"). Ensuite, la production reste symptomatique de pas mal d'autoprod et même de productions plus "pro" chères au rock français : le chant est parfois trop mis en avant dans le mixage par rapport aux instruments. C'est surtout dommage dans les compositions plus énergiques car le son des guitares est alors étouffé et ne claque pas comme il devrait. Du coup, le groupe perd un peu en pêche et en groove. Enfin, quelques efforts sont à réaliser du côté des textes, loin d'être ratés, mais parfois assez limites, comme dans ce "Radio dollar" un peu convenu qui flirte avec l'enfonçage de portes ouvertes (le rappeur s'en sort mieux sur le plan des lyrics) et quelques entournures malvenues ("tu seras toujours au top de ma compilation" dans "Ma narcose" par exemple). Ainsi, Benoît n'est jamais aussi bon que lorsqu'il sort un peu des entiers battus et conte son amour pour Prince dans "Dynamite" (un "nain pourpre", j'en vois pas d'autre).

Mais la grande valeur de Corvette, c'est que malgré ces réserves, la formule marche et le groupe parvient à se faire une petite place sur notre scène nationale grâce à ces qualités malheureusement si rares dans le rock actuel : spontanéité et légèreté. Reste plus qu'à vérifier ce que Corvette a sous le capot sur scène, espace où le groupe s'exerce depuis quelques années déjà.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Corvette


Donna


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également