↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Corsair


Corsair


(21/04/2012 - High Roller - Hard Rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Agathyrsi / 2- Chaemera / 3- Falconer / 4- Gryphon Wing / 5- Path of the Chosen Arrow / 6- Mach / 7- Of Kings and Cowards / 8- The Desert
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Plaidoyer pour la reconnaissance d'un espoir déçu du hard-rock américain"
François, le 12/10/2021
( mots)

Il aurait été préférable pour Charlottesville de ne jamais entrer dans l’histoire … La petite ville de Virginie se serait en effet passée d’être devenue le symbole de la violence d’extrême-droite lorsqu’un suprémaciste parmi d’autres décida de charger une contre-manifestation et de conclure ce rassemblement raciste par un assassinat. 


En fait, il aurait été beaucoup plus intéressant de reconnaitre en Charlottesville le berceau d’un des groupes de rock qui avait le potentiel de figurer parmi les plus brillants de sa génération, Corsair. Mais l’histoire en a voulu autrement, il semble même que cette formation riche de deux excellents albums soient un peu passée inaperçue jusqu’à disparaître sans crier gare (le groupe semble s’être dissous dans le silence, à vérifier). 


Pourtant, le quintet ne manquait pas de talent dans son hard-rock métallique très retro et presque progressif, déployant sa belle inspiration mélodique à travers des pièces de premier choix. Ce goût pour la composition travaillée s’entend dès l’ouverture en grande pompe de leur premier opus, Corsair, en 2012. En effet, celui-ci commence par un instrumental "Agathyrsi", véritable récital pour guitares tout en souplesse, rugosité rock et mélodicité épique (le pont en milieu de morceau, cristallin, est sublime). Preuve de ce goût pour le beau jeu instrumental, "Mach" viendra plus tard remettre une couche avec des chorus emportés, tandis que "The Desert", en conclusion, est presque dénué de chant (si ce n’est des lignes féminines assez envoutantes). Une pièce originale qui referme l’album avec beaucoup de grâce. 


Pour aboutir à un tel résultat, fallait-il encore que Corsair aille chercher son inspiration des groupes plus anciens qui avaient marqué le rock d’une empreinte hard et mélodique. Ainsi, "Chaemera" réussit brillamment l’exercice de style à la Thin Lizzy, des guitares jumelles (dès l’introduction) au chant en passant par le solo très bien composé. Le très bon "Falconer" reprend également un peu les codes du combo irlandais en s’approchant un peu plus de la NOBHM. 


En effet, il s’agit bien là du second substrat sensible de Corsair, mais dans une version très apaisée (surtout au niveau de la rythmique), avec une élaboration dans la construction des titres : "Gryphon Wing" commence sur les chapeaux de roue mais s’adoucit par la suite pour une partie instrumentale éthérée. Mais Corsair sait se montrer plus direct ("Of Kings and Cowards", quoique le solo en twin-guitars soit encore une fois de mise, pour notre plus grand plaisir). Il sait également surprendre avec "Path of the Chosen Arrow", par ses touches beaucoup plus modernes et très américaines, légèrement mainstream, tout en poursuivant dans le chemin esthétique tracé depuis le début de l’album. 


Il est donc regrettable que Corsair n’ait pas rayonné davantage. Tout y est : des mélodies accrocheuses, une vraie identité, des guitaristes inventifs et expressifs, une pochette attrayante … Quelques longueurs peuvent légèrement atténuer le brillant du tableau, mais c’est un reproche excessif. Un manque de reconnaissance qui fait de Corsair un trésor caché du rock … du XXIème siècle.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également