↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Branded Women


Velvet Hours - Stolen Moments


(06/09/2004 - Ranch - - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Still In Me / 2- Something To Hold On / 3- More / 4- You Know Me / 5- Worth Living / 6- Sunbather / 7- Explanations / 8- Perfect / 9- Runner / 10- Feel
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Quatre femmes et un homme = de nombreuses possibilités..."
Aurélie, le 02/09/2004
( mots)

Un groupe de filles dans le milieu éminemment masculin du rock, ça prête souvent à sourir, surtout quand il est originaire de Finlande, patrie bénite de The Rasmus, Bomfunk MCs et autres Sonata Arctica (auxquels on ajoutera les sublimes Leningrad Cowboys...). Les quatre demoiselles de Branded Women ont bien tenté de relever le défi jusqu'au mois de juillet 2001, mais elles se sont finalement résignées à accueillir un "mâle" prénommé Timo en leur sein.
Lentement mais sûrement, le groupe s'est forgé un répertoire à base de claviers vintage, basse, guitare et batterie. Il nous gratifie aujourd'hui d'un premier album plus que réussi, Velvet Hours - Stolen Moments. L'originalité de ce disque réside avant tout dans la façon qu'il a de mélanger ambiance rétro (certains titres comme "Still in Me", "You Know Me" ou "Perfect" nous transportent directement dans un club de jazz des années 60) et rock moderne (la fin de "Runner" nous offre une magistrale montée en puissance des guitares). Tout cela servi par d'excellentes mélodies, qui prouvent qu'on peut se mettre à la musique sur le tard et posséder un sacré talent de compositeur (avis aux désespérés)...
L'alternance de morceaux lents, nostalgiques ("Something To Hold On") et de titres plus pêchus ("More" et son petit riff de guitare entêtant, "Worth Living" et son final en bouquet de ronces) permet au groupe de mettre en avant l'éventail de leurs capacités. Indispensable lorsque l'on sort un premier album.
Mais la description ne serait pas complète si l'on ne s'attardait quelques instants sur la voix magnifique de Katja, qui ferait fondre un Magnum aux amandes en moins de deux. Voisine de celle de Patti Smith sur le premier titre de l'album, elle se diversifie par la suite, jusqu'à ressembler à celle d'une PJ Harvey énervée sur "Runner", avant de se calmer et de s'éteindre dans un murmure rauque à la fin de "Feel", superbe ballade soutenue par la seule batterie, cinq notes de basse et trois notes de guitare... Vous avez dit minimaliste ?
Quelques instruments inattendus ont beau faire de courtes apparitions tout au long de l'album (flûte sur "Worth Living", tambourin sur "Sunbathers"), l'architecture de base est en effet clairement visible, ce qui procure à l'auditeur le plaisir jouissif de pouvoir entendre toutes les notes (ce n'est pas si fréquent, en ces temps de garage-rock-psyché assaisonné à la sauce "nouveau millénaire"...), tout en admirant l'intelligence musicale de ces quatre jolies donzelles. Intelligence que des textes légers et charmants ne viennent en rien contredire. Velvet Hours - Stolen Moments ne fait certes point dans le rock torturé, mais son mélange de blues-folk assaisonné de synthés ravira tous les fans de musiques intimes et légèrement nostalgiques.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également