↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Baden Baden


Baden Baden EP


(01/07/2008 - - Pop Folk - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- The Book Page 1 / 2- Could you Could you / 3- Sleep Talker / 4- Phone Booth / 5- Pay my Lie Twice / 6- Surprise / 7- L'autre bout du Monde (reprise Emilie Loiseau) / 8- The book (Acoustique live - RadioCampusParis)
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (13 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Baden Baden aime nous perdre entre doux folk mélodique et électrique tragique."
Pierig, le 17/07/2008
( mots)

Baden Baden, histoire d’une antinomie musicale où la chaleur des mélodies pop folk se perd dans la froide énergie électrique de sonorités contemporaines. Un passé elliptique qui se voit dessiner dès fin 2007 d’un futur emphatique. Dans des compositions discrètes et légères, N’é et sa bande s’offrent avec ce premier EP un futur certes prometteur mais qui n’en reste pas moins humble. Une force inconnue vient flirter avec un sens du tragique lui-même impromptue pour mieux façonner des émotions, elles, bien réelles. Baden Baden est notre sélection AlbumRock du mois de juillet.

Le lyrisme délicat et la pop amoureuse du quintet ouvrent idéalement un premier EP éponyme. Baden Baden s’efforce, derrière une acoustique métronome, de jongler entre sonorités post et instruments classiques. On ne peut s’empêcher de penser à Patrick Watson ou encore Sébastien Schuller dans l’interprétation musicale ultra-mélodique et discrète ("The book page 1"). On pourrait parler de l’anti-folk de génie des Moldy Peaches, des pandas de Cocoon ou encore des délires de Cyann & Ben . Mais de "Pay my lie twice" s’échappe une simplicité mélodique unique, un instant unique. Plus rythmée, "Surprise" affirme un peu plus encore l’univers des parisiens d'où ressort un son cosmopolite et voyageur. Attachant.

Baden Baden gagne en profondeur et en maturité en insufflant à son folk un soupçon de tragique et de noirceur. Ils cradossent "Could you Could you" d’une violence délicate. Ils arrachent "Phone Booth" d’une torpeur disciplinée. "Sleep Talker" nous cueille par sa voix rassurante dans un brouhaha angoissant. L’esprit cartésien implose sous l’effet d’un mélange où le bien se perd dans le mal. Où les frontières entre bonheur et désespoir disparaissent. Et si Baden Baden en était à l’origine ?

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Baden Baden


Coline


Critique d'album

Baden Baden


78 EP


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également