↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Alice Cooper


Killer


(27/11/1971 - Warner Bros. - Shock Rock - Genre : Rock)
Produit par Bob Ezrin

1- Under My Wheels / 2- Be My Lover / 3- Halo Of Flies / 4- Desperado / 5- You Drive Me Nervous / 6- Yeah, Yeah, Yeah / 7- Dead Babies / 8- Killer
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (6 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Plus expérimental mais dans la continuité de son prédécesseur, Killer poursuit la légende d'Alice Cooper"
François, le 10/01/2021
( mots)

La rencontre avec Bob Ezrin avait permis au groupe Alice Cooper de décoller, de trouver une véritable identité esthétique, plus hard-rock et rock’n’roll, sans briser leur fibre expérimentale. Surfant sur la vague du succès et profitant de leur effervescence créative, ils se remettent au travail sitôt la tournée de Love It to Death  achevée. Ainsi, bien que cela ne soit pas exceptionnel à l’époque, ils publient deux albums au cours de la même année, et, plus louable encore, ils mettent au monde deux très bons opus. 


Commençant sur les chapeaux de roue, pardonnez le jeu de mots, Killer lance un "Under my Wheels" qui dévoile toutes leurs ambitions : prendre la force des groupes de Détroit en leur apportant une réelle subtilité au niveau de la propreté du son comme des phrases musicales (cela va jusqu’aux arrangements cuivrés mais passe également par des chorus travaillés – Rick Derringer est invité sur le morceau), revisiter les racines du rock’n’roll et du blues-rock, et exprimer une musique rock pour les 1970’s. Un tube de plus auquel répond un "Be My Lover" rafraichissant ou, sur la seconde face, le plus léger "Yeah Yeah Yeah". Ce début d’album fait de Killer une confirmation. Il s’inscrit dans la continuité de son prédécesseurs avec son lot de titres saturés teintés de rock’n’roll dansant et de phases expérimentales. 


Cette dimension est accentuée au sein de l’opus qui se distingue de Love It to Death par cet aspect. "Halo of Flies" retrouve en introduction l’influence des rythmes et mélodies argentines entrevues sur "Black Juju", un tropisme rythmique (très cadencé) issu des souvenirs du psychédélisme (qu’on retrouve en écho sur les effets de guitare). Il s’en suit une évolution bien menée avec des parties très heavy et un passage instrumental complétement progressif, chose rare pour les Etats-Unis du début de la décennie. Une réussite. 


Les arrangements (cordes) et la narration de "Desesperado", le minimalisme de certaines parties de "Dead Babies", les dissonances et la seconde partie planante de "Killer", vous serez sans doute surpris par les expérimentations du groupe. On est davantage dans l’héritage des années 1960 (The Doors, évidemment) que dans un écho au progressif d’outre-Atlantique, mais cela est toujours réalisé de façon inventive. 


Sur Killer, Vincent Furnier incarne encore plus son chant et parvient à changer de registre selon les besoins des titres. Incisif, hurleur, beaucoup plus rond et grave, conteur d’histoires, il est épatant dans la palette qu’il manipule pour mener à bien son rôle de leader charismatique et de chanteur. L’ambiance et les thèmes assez sombres de certains titres ainsi que le fameux serpent de la pochette (nommé Kachina) évoquent de leur côté le jeu de scène de plus en plus abouti du groupe vers le shock rock, et la tournée de 1972 dessine de façon définitive le costume de Vincent Furnier. Yeux maquillés, chapeau haut de forme, costumes en cuir … Du grand-spectacle qui participe à une réflexion sur le jeu de scène se posant des deux côtés de l’Atlantique (pensez à Genesis) dans des termes variés mais comparables. 


Killer poursuit la formule gagnante du groupe tout en cherchant d’autres perspectives, il confirme la vitalité créatrice de la formation et son goût pour l’innovation scénique. Alice Cooper devient une référence et commence à constituer un solide héritage. A bien des égards, 1971 est une année coopérienne. 


 

Commentaires
Francois, le 11/01/2021 à 08:50
@Jimmy. Merci pour ce retour, et en effet, c'est un excellent morceau. Comme quoi, Alice Cooper est un artiste bien plus complexe qu'il n'y paraît, quand d'autres, de prime abord plus subtils, sont de vastes arnaques.
Jimmy, le 10/01/2021 à 17:57
Mis à part "You Drive Me Nervous" et " Yeah, Yeah, Yeah" qui me font vraiment assez peu d'effet, je trouve cet album magistral, avec la sublime envolée cuivrée de "dead babies" qui clôture presque l'ensemble. Mais le titre qui m'a véritablement accroché reste "Halo of flies", qui a la manière d'un Bohémian Rapsody nous transporte de mesures en mesures vers des riffs et mélodies inattendues, surprenantes et diversifiées. L'impression d'avoir un album en une musique. Quel plaisir de s'émanciper un petit peu de ce carcan couplet/refrain en préférant voyager sans regarder en arrière au fil d'une longue piste. Je suis vraiment friand de ces morceaux inventifs et expérimentaux ! Merci pour cette critique
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Alice Cooper


Love It To Death


Critique d'album

Alice Cooper


Easy Action


Critique d'album

Alice Cooper


Pretties For You


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également