↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Actualité

Plein de bougies bougies : Jailbreak, Thin Lizzy


Etienne, le 26/03/2016

Album : Jailbreak - Artiste : Thin Lizzy - Date de sortie : 26 mars 1976 - Producteur : John Alcock - Label : Vertigo - Chronologie : 6ème album studio

Le sixième album de Thin Lizzy eut une genèse pour le moins compliquée. Affaibli par deux albums en demi-teinte n'ayant rencontré quasi-aucun succès en termes de vente (Nightlife et Fighting), Thin Lizzy est mis au pied du mur par son label Vertigo qui ne lui laisse plus qu'un album pour marquer son temps. Ils n'en savent encore rien mais ils vont sacrément bien faire.

Pourtant, Jailbreak naquit d'un contexte tendu où les revendications d'un producteur peu à l'écoute braquèrent les guitaristes Gorham et Robertson, ne se sentant aucunement écoutés par John Alcock. Ce dernier prendra même la décision de rajouter des claviers au premier single extrait de l'album, "Running Back", pour le rendre plus commercial. Le tout supervisé par Phil Lynott, quand même. A noter que ce premier single fut préféré à "The Boys Are Back in Town", futur hit intemporel en devenir.

Car Jailbreak comprend trois des plus grandes chansons du groupe, et certainement l'une des dix meilleurs chansons de hard rock jamais écrites. Si on ne présente plus "The Boys Are Back in Town", morceau passé à la postérité depuis, "Jailbreak" et "Cowboy Song" peuvent eux aussi prétendre au titre d'impériale réussite.

Fougueux, intense, électrique, Thin Lizzy semble avoir trouvé l'équilibre parfait dans ses compositions, équilibre paradoxal au vu des tensions décrites par Gorham et Robertson. Ce-dernier quittera d'ailleurs la formation en 1978 pour aller former Wild Roses avec le regretté Jimmy Bain qui venait lui aussi de quitter sa formation de coeur, Rainbow.

Robertson jouera aussi sur deux albums de Motörhead et pas des moindres, Another Perfect Day et No Remorse. Pour revenir à Thin Lizzy, son Jailbreak se veut définitivement la pierre angulaire de sa carrière, celui qui assurera le succès des albums à venir et du mythique Live & Dangerous.

La réception élogieuse de l'album par l'ensemble des critiques (Rolling Stone en tête) contrastera avec l'avis dissonant de Robert Christgau, grand critique rock, qui voit en Lynott un auteur ennuyant et en Gorham un guitariste de seconde main.

Malgré tout, Jailbreak est un bijou du rock. Le meilleur de Thin Lizzy. Et c'est à écouter d'urgence malgré ses 40 ans.

En savoir plus sur Thin Lizzy

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également