↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Actualité albums

James Williamson dépoussière les Stooges


Nicolas, le 17/09/2014

... avec son premier album solo. Sur Re-Licked, sortie prévue le 29 octobre, il reprendra des raretés et B-Sides du groupe en les faisant réinterpréter par d'autres chanteurs, comme Jello Biafra (Dead Kennedy), Mark Lanegan, Alison Mosshart (The Kills), Bobby Gillespie (Primal Scream), Ariel Pink ou encore Mario Cuomo. Tous les détails ci-dessous :

Re-Licked Tracklist :
01. Head On The Curve (w/ Jello Biafra)
02. Open Up And Bleed (w/ Carolyn Wonderland)
03. Scene Of The Crime (w/ Bobby Gillespie from Primal Scream)
04. She Creatures Of The Hollywood Hills (w/ Ariel Pink)
05. Til The End Of The Night (w/ Alison Mosshart from The Kills, Dead Weather)
06. I Gotta Right (w/ Lisa Kekaula from The BellRays)
07. Pinpoint Eyes (w/ Joe Cardamone from The Icarus Line)
08. Wild Love (w/ Mark Lanegan & Alison Mosshart)
09. Rubber Leg (w/ Ron Young from Little Caesar)
10. I’m Sick Of You (w/ Mario Cuomo from The Orwells)

Bonus Tracks :
11. Gimme Some Skin (w/ Caroline Wonderland)
12. C*ck In My Pocket (w/ Nicke Andersson from The Hellacopters)
13. Heavy Liquid (w/ Lisa Kekaula)
14. Wet My Bed (w/ The Richmond Sluts)
15. C*ck In My Pocket (w/ Gary Floyd from The Dicks)
16. Rubber Leg (w/ J.G. Thirlwell aka Clint Ruin, Foetus)

Source : CoS

En savoir plus sur The Stooges
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également