↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

Noah And The Whale


Pop Rock (Pop raffinée)

Sites :
Site Officiel
Noah And The Whale est composé de quatres membres : Charlie Fink au chant et son frère Doug aux fûts, Tom Hobden au violon et Matt Urby à la basse. C'est le film The Squid and the Whale (Titre français: Les Berkmans se séparent) et le prénom de son réalisateur, Noah Baumbach, qui ont inspiré ce ne nom au groupe.Admirateurs du cinéaste Wes Anderson, leurs clips en révèlent une puissante source d'inspiration. Cinéphiles avertis donc, les quatre Anglais (autrefois six, avec Laura Marling et Emmy The great, parties en solo), délivrent une délicate pop teintée d'(anti)folk. Mélancolique mais jublilatoire, leur musique se fait une place au chaud entre Jonathan Richman, Belle and Sebastian et Neutral Milk Hotel. Autant dire que les perles enfilées à la louche sur Peaceful, the World Lays me Down (sorti en août 2008 en Angleterre) ne feraient pas tâche sur une BO de...Wes Anderson justement. En 2009, le groupe se consacre à un nouveau projet qui tourne autour d'un album et d'un film. The First Days Of Spring sort au août 2009 et désigne à la fois le film et la B.O. constituée de 11 titres. Noah and The Whale revient avec une nouvelle direction, un peu plus électrique, sans voix féminine et avec un album, qui traîte toujours des relations et de ses désillusions.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également